La censure militaire et policière, 1914-1918

Censure-militaire431RAJSFUS Maurice

La censure militaire et policière, 1914-1918

Paris : Le Cherche midi, 2014, 327 p.

Collection Documents

ISBN 978-2-7491-3575-5

FR 1681

Résumé éditeur :

Dès les premiers jours de la Grande Guerre, la censure est instaurée et cette mesure va bien au-delà du contrôle pointilliste de la presse. L’état-major de l’armée, chargé des opérations de censure, délègue une grande partie de son pouvoir à la préfecture de police. Sont traqués prioritairement les propos défaitistes, les slogans et écrits divers appelant à la paix. Plus généralement, l’attention est portée à tout ce qui pourrait nuire au moral des troupes et à celui de l’arrière. Des pères-la-pudeur s’acharnent sur des chansons datant de la Belle Époque et il en va de même pour le théâtre, le cinéma et la littérature.
Une armée de censeurs veille également dans le domaine du contrôle postal aux armées, tandis que nombre de civils voient leur correspondance interceptée par la police. L’intérêt supérieur de l’État commande de régenter aussi la vie privée des Français.
En fait, tous les moyens d’expression sont devenus suspects et les Français sont encadrés dans un système qui ne laisse plus d’espace à l’expression libre.

Maurice Rajsfus est le fils de parents Juifs polonais arrivés en France au début des années 1920. En juillet 1942, il est arrêté avec ses parents lors de la rafle du Vélodrome d’Hiver. Âgé alors de 14 ans, il est relâché à la suite d’un ordre excluant les Juifs de 14 à 16 ans de la rafle. Ses parents ne reviendront pas. Il a été Jeune communiste, puis membre du groupe Socialisme ou Barbarie. En 1994, Maurice Rajsfus cofonde l’Observatoire des libertés publiques, qui relève les bavures policières. N’ayant longtemps eu que le certificat d’études, Maurice Rajsfus a cependant passé un doctorat en sociologie en 1992.
Auteur d’une cinquantaine d’ouvrages à caractère historique, politique, polémique ou personnel, Maurice Rajsfus s’intéresse en particulier à la Seconde Guerre mondiale et au rôle des forces répressives, hier comme aujourd’hui. De Drancy à la police de Vichy en passant par la censure militaire, Maurice Rajsfus tient la chronique d’une France hélas peu en accord avec les droits de l’homme, abandonnée à certains de ses vieux démons antisémites, prête à se livrer au régime nazi. Son oeuvre est une implacable leçon d’histoire à l’usage des générations à venir.

Axe de recherches :

  • Équipe 3 : Du local aux empires : appartenances, institutions, conflits

Vous aimerez aussi...