Matrices de sceaux : un nouveau corpus pour des recherches pluridisciplinaires

matrices14 octobre 2014, INHA, Galerie Colbert, rue Vivienne 1, 75002 Paris

Les matrices de sceaux forment un très abondant corpus qui n’a pas encore été regardé au plus près, ni par les historiens de l’art, ni par les historiens et les archéologues. En France, leur prise en compte n’a pas souvent dépassé le cadre des savantes études sigillographiques. Les raisons de cette méconnaissance reposent sur le fait que les matrices ont longtemps été considérées comme des objets de curiosité conservés dans les cabinets de collectionneurs privés ou les bibliothèques publiques. Par nature, détachées de leur contexte diplomatique, les matrices de sceaux sont des “orphelines de l’histoire”, n’offrant pas l’avantage, comme les sceaux de cire, de fournir une datation très précise. Depuis quelques années, d’abord en Italie, puis dans les pays anglo-saxons et en Belgique, de grandes collections ont fait l’objet de publications, d’expositions et de journées d’études.
Avec un certain retard, la France se joint au mouvement avec la parution du catalogue de la collection conservée à la Bibliothèque nationale et bientôt celle tout aussi importante des Archives nationales. La réalisation d’inventaires de collections et la journée d’étude du 14 octobre 2014 témoignent du regain d’intérêt pour les matrices de sceaux. La publication des catalogues permettra bientôt de mieux appréhender cette abondante production, porteuse d’images inédites, et de multiplier les questionnements soulevés par ces productions d’orfèvrerie médiévale notamment autour de la fabrication de ces objets illustrés, de la définition des programmes et de leur mise en oeuvre.
Enfin, la journée d’étude sera l’occasion de réfléchir aux évolutions récentes et au devenir de ces collections, publiques et privées. Alors que durant plusieurs décennies les matrices avaient cessé d’attirer la curiosités des amateurs d’art, ces objets reviennent aujourd’hui en vente publiques, tant dans les salles des ventes que sur Internet alors même que le nombre total des pièces conservées n’a jamais été évalué avec précision et que de nombreux faux, pastiches et copies peuplent les collections.

Comité d’organisation :
Michel Pastoureau (EPHE) ; Jean- Luc Chassel (MDC, Paris X, Nanterre, SFHS, Paris) ; INes Ville- Petit (BnF, Paris) ; Marc Gil (MDC, Lille III) ; Ambre Vilain (INHA, Paris) ; Clément Blanc (AN, Paris) ; Christophe Maneuvrier (MDC, Caen) ; Dominique Delgrange (SFHS, Paris).

Programme (PDF)
À partir de 9 h 30 : accueil
9 h 45 Présentation (Michel Pastoureau)
Les collections de matrices :

10 h. Ambre- Vilain (INHA, Paris) : La collection de matrices de sceaux, catalogue et corpus.
10 h 45. John Cherry (British Museum, Londres) : A collection of seal matrices in the Ashmolean Museum Oxford. Part of this collection belonged to Giovanni Andrea Lorenzani, a Roman bronze caster, in the late seventeenth century, and it has a manuscript catalogue written in 1708
11 h 30. Dominique Delgrange (SFHS), Matrices de sceaux, collections réelles, collections “virtuelles”.
12 h 15 Pause déjeuner

L’objet et sa mise en oeuvre :

13 h 30. Markus Spaeth (Université Liebig, Giessen, Allemagne) : Une innovation technologique: les matrices dans le milieu monastique anglais au début de 13e siècle
14 h 15. Christophe Maneuvrier (Université de Caen), Y a t-il eu des productions “industrielles” de matrices dans la Normandie médiévale ?
15 h. Agnès Prévost (Chef de travaux d’art, responsable de l’atelier de restauration et de moulage des sceaux, AN, Paris), De la matrice à l’empreinte… et de l’empreinte au faux !
15 h 45 Pause café

Cas isolés ou généralités ?

16 h. Ines Vilella- Petit (Conservatrice, département des monnaies, médailles et antiques, BnF). Graveurs de sceaux et orfèvres.
16 h 45. Christian de Mérindol (Conservateur honoraire, musée des Monuments français) : La matrice (douteuse) du sceau de Justice du roi Réné d’Anjou,
17 h 30 Clément Blanc- Riehl (responsable des collections sigillographiques, AN, Paris), Les prétendues matrices de sceau du Concordat de 1516.
18 h 15. Jean-Luc Chassel (Université Paris X, Nanterre, SFHS) : Synthèse de la journée

Lancement du catalogue “Matrices BnF » (cocktail clôturant la journée)

Renseignements et enregistrements (avant le 30 septembre 2014)
– par courrier adressé à la SFHS, Archives nationales, 60, rue des Francs- Bourgeois, 75003, Paris.
– par message électronique envoyé à : liens.sfhs@lasposte.net

RÉSERVATION OBLIGATOIRE
————– (Partie à compléter et à renvoyer avant le 30 septembre 2014) —————
Par courrier adressé à la :
SFHS, Archives nationales, service des sceaux
60, rue des Francs- Bourgeois
75003 Paris
ou par messagerie électronique à : liens.sfhs@laposte.net
(Nom) :
(Prénom) :
(Fonction) :
(Institution ou organisme) :
(Adresse) :
(Code postal) :
(mail) :

Vous prie de prendre en compte mon inscription pour la participation à la journée : « Matrices de sceaux » organisée le 14 octobre à l’INHA, Paris.

Matrices


Vous aimerez aussi...