Call for Papers: Les gueules cassées: disfigurement and its legacies

University of Exeter, 12th-14th March 2015
(version française plus bas)

The experience of the gueules cassées has given rise to a unique cultural history, and one which is now being rewritten in the centenary years of the First World War. This conference, arising from the INTERREG IV-funded project 1914FACES2014, led by the Institut Faire Faces and the University of Exeter, assesses that legacy.

The First World War saw facial injury on an unprecedented scale: new types of weaponry meant that facial injury became more common and greater numbers of wounded survived. As a result, WWI and its immediate aftermath saw unprecedented innovations in the surgical field, with surgeons such as Hippolyte Morestin and Harold Gillies pioneering techniques which would transform facial reconstructive surgery. Just as artistic practice fed into surgical practice (in the work of sculptors as mask-makers or epithesists), so the radically new forms of surgery developed at this time altered the context in which artists represented the face. Understandings and representations of the face have radically changed since the First World War, from segregation of facially injured veterans following WWI to recognition of disfigurement as a protected characteristic in the 2010 Equality Act. This conference will explore the disputed histories of the gueules cassées in the British and French contexts alongside a broad-based consideration of the face and facial difference. It will coincide with a major exhibition entitled Faces of Conflict: the Impact of the First World War on Art and Reconstructive Surgery at the Royal Albert Memorial Museum & Art Gallery, Exeter.

Proposals for 20-minute papers and for panels are now invited. Papers may be given in English or French. Topics may include, but are not limited to:

The significance of les gueules cassées in the history of the First World War
The social history of facial injury
Disfigurement and social reintegration
Perceptions of facial difference
Charities and facial difference
Rethinking facial difference in the international context
Franco-British exchanges in the surgical field
Assessing the history of facial surgery
From facial reconstruction to the first face transplant
Literary representations of disfigurement
First World War literature and the face
Art, surgery and the face
Responses to disfigurement in the visual arts
The Slade school and the First World War
Theorising facial difference
Pedagogical contexts

Deadline for abstracts:
Please send an abstract (300 words maximum) and a short biography (50 words maximum) to d.h.jones@ex.ac.uk<mailto:d.h.jones@ex.ac.uk> by 1st December 2014.

 

Appel à contributions

Les Gueules cassées: la défiguration et ses héritages

Université d’Exeter, Grande-Bretagne, 12-14 mars 2015

Le centenaire de la Grande Guerre offre l’opportunité de revisiter l’histoire culturelle des gueules cassées et de revenir sur l’expérience vécue par les blessés de la face. L’objet de cette conférence internationale, organisée par l’équipe du projet 1914FACES2014 (financé par le programme européen INTERREG IV et mené par l’Institut Faire Faces et l’Université d’Exeter) est d’étudier la défiguration durant la Première Guerre mondiale ainsi que son impact et les changements qui en ont découlé.

Durant la Première Guerre mondiale, l’ampleur des atteintes à la face a dépassé toutes les prévisions. Si les armes utilisées ont favorisé les blessures au visage, des progrès dans la prise en charge des blessés a néanmoins permis à un grand nombre d’entre eux de survivre à leurs blessures. Des pionniers de la chirurgie maxillo-faciale, tels Harold Gillies en Angleterre et Hippolyte Morestin en France, ont expérimenté de nouvelles procédures qui allaient transformer la chirurgie reconstructrice. Les pratiques artistiques ont influencé les pratiques chirurgicales (par exemple au travers du travail des sculpteurs devenus épithésistes), mais les innovations dans le domaine médical ont aussi eu un impact sur le contexte dans lequel les artistes ont dépeint la face. Depuis la Première Guerre mondiale, la connaissance et les représentations de la face ont beaucoup évolué : le chemin parcouru depuis la ségrégation des gueules cassées de la Grande Guerre jusqu’à la reconnaissance des « différences faciales » dans l’Equality Act de 2010 est considérable.

Cette conférence sur « Les Gueules cassées : la défiguration et ses héritages », invite à explorer l’histoire des blessés de la face en France et en Grande Bretagne dans une perspective interdisciplinaire et ancrée dans le cadre global des études de la face et des différences faciales. La conférence coïncidera avec la tenue d’une exposition intitulée Faces of Conflict: the Impact of the First World War on Art and Reconstructive Surgery, au Royal Albert Memorial Museum & Art Gallery d’Exeter (Grande Bretagne).

Nous vous invitons dès à présent à nous faire part de vos propositions de panels et de communications d’une durée de 20 minutes (en français ou en anglais). Les thèmes proposés incluent, mais ne sont pas limités, à ceux listés ci-dessous :
L’importance des Gueules cassées dans l’histoire de la Première Guerre mondiale
L’histoire sociale des blessés de la face
Défiguration et réintégration
Penser la défiguration dans un contexte international
Les échanges franco-britanniques dans le domaine de la chirurgie maxillo-faciale
L’histoire de la chirurgie maxillo-faciale
De la reconstruction faciale à la greffe de visage
Le visage dans la littérature de la Première Guerre mondiale
Visage, art et chirurgie
Les réactions face aux représentations visuelles de la défiguration
La Slade School et la Première Guerre mondiale
Les cadres théoriques dans lesquels s’inscrit l’étude des différences faciales
Applications pédagogiques de l’étude de la défiguration

Date limite de soumission :
Veuillez envoyer un résumé (300 mots maximum) et une courte biographie (50 mots maximum) à d.h.jones@ex.ac.uk<mailto:d.h.jones@ex.ac.uk> au plus tard le 1er décembre 2014.


Vous aimerez aussi...