CFP: Mobility and displacement during the First World War (1914-1923), Paris

(English version, see below)

Trop souvent présentée comme un modèle de « guerre de positions », la Première Guerre mondiale a pourtant été à l’origine de multiples circulations et d’incessantes mobilités, des premiers jours du conflit à l’après-guerre qui le prolonge.

Que ce soit pour combattre, fuir les combats, de façon organisée ou improvisée, hommes en armes et civils de toutes nationalités empruntèrent des itinéraires proches du champ de bataille ou très éloignés des différents fronts de la guerre. Les circulations y apparaissent sous des formes diverses, que ce soit des mobilités de courte distance qui se répètent ou des mobilités sur de très vastes distances – pour n’être parfois qu’à sens unique et sans retour.

Cette journée d’étude se propose d’appréhender les mobilités sous leurs différentes formes pendant la Première Guerre mondiale. Il s’agira d’aborder à la fois l’organisation matérielle (l’impact sur les réseaux de transport, de ravitaillement) et les enjeux politiques et sociaux (déplacements forcés, transferts de population) de ces mouvements mais également de saisir l’expérience individuelle ou collective de la mobilité par ceux que la guerre amena à se déplacer.

Le programme s’organisera autour de trois axes :

1. Mobilités et distance: la conduite d’une guerre à l’échelle européenne et mondiale transforme le déplacement en un facteur décisif pour les belligérants, que ce soit entre le front et l’arrière, d’un pays belligérant à un autre ou dans les relations entre l’Europe et le monde colonial. Combattants, non-combattants mais aussi animaux traversent par millions le continent européen et les océans. L’enjeu logistique et économique, de même que la perception des distances par les soldats et civils déplacés constituent un aspect important des mobilités en guerre à l’ère industrielle.

2. Mobilités et violence : les violences étatiques et non-étatiques sont aussi sources de mobilités spontanées ou forcées, tandis qu’au cours de ces circulations surviennent des violences tant physiques qu’économiques et symboliques, qui peuvent se prolonger une fois le conflit officiellement terminé. Tout comme les sièges, qui enferment les individus dans un espace de pénurie et de violence, les mobilités – alimentaires ou médicales, contraintes ou spontanées, temporaires ou définitives – provoquent une vulnérabilité accrue des populations ou des combattants en transit.

3. Mobilités et territoires : les flux de population générés par les transformations étatiques, sociales et économiques de la guerre impliquent souvent une redéfinition des identités locales à différentes échelles, et cela bien après l’arrêt des combats. Les mobilités militaires et civiles, qu’elles soient très provisoires ou dans la longue durée, marquent les territoires et leurs ressources, jusqu’à bouleverser les héritages de l’avant 1914.

Cette approche centrée sur les mobilités vise à s’émanciper des cadres nationaux qui régissent encore largement les études sur la Première Guerre mondiale. Il s’agit de repenser la guerre en termes d’espaces, de trajectoires et de circulations. Nous privilégierons les approches innovantes du conflit qui permettent de repenser les liens entre front et arrière, métropoles et territoires coloniaux, centres et périphéries.

Les candidatures pour la journée d’étude comprendront :
– un CV (une page)
– une proposition de communication (500 mots maximum) qui devra préciser la méthodologie et les sources qu’il est envisagé d’exploiter.

La journée d’étude aura lieu le 21 octobre 2014 à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Les langues de travail de cette journée seront l’anglais et le français. Les participants devront faire parvenir leur paper (5 000 à 8 000 mots) avant le 1er octobre 2014.

Les candidatures doivent être envoyées à mobility.sciencespo@gmail.com avant le 15 juin 2014. Nous informerons les candidats sur la décision à la fin du mois de juin.

Les participants sont encouragés à demander à leur institution de rattachement un soutien financier. Dans la mesure du possible, un financement partiel sera proposé aux participants les plus éloignés afin de couvrir leurs frais de logement et de transport.

Si vous avez des questions sur la journée d’étude, contactez-nous :

mobility.sciencespo@gmail.com

Romain Fathi – Centre d’Histoire de Sciences Po / The University of Queensland Paul Lenormand – Centre d’Histoire de Sciences Po
Géraud Létang – Centre d’Histoire de Sciences Po
Paul Marquis – Centre d’Histoire de Sciences Po

Claire Morelon – Centre d’Histoire de Sciences Po / University of Birmingham

———————————————————————————————————————

The First World War, often regarded as the epitome of static warfare was, however, characterized by multiple circulations and constant mobility, from the first days of the conflict well into the post war period. Soldiers and civilians of various nationalities took to the road in high numbers either to go fighting or to flee from the different fronts, in an improvised or organised manner. Circulations in these itineraries took diverse forms, short-distance repeated movements (from the front to the rear during leaves for example) or mobility on very long distances – sometimes even without return.

This workshop focuses on the material organization of mobility (impact on transportation networks or supply routes) and the political implications of these movements (forced relocations, population transfers). The workshop also touches on the individual or collective experience of displacement.

The workshop’s program follows three main lines of enquiry:

  • Mobility and distance: The global or European scale of the war made displacement a decisive factor for the belligerent nations: movement between front and rear, from one warring country to another and in the relations between Europe and the colonial world. The logistical and economic issues as well as the perception of distances by soldiers and displaced civilians constitute an important aspect of war mobility in an age of industrial warfare.
  • Mobility and violence: State and non-state violence was also the source of spontaneous or coerced mobility. These population movements saw different types of violence occur (physical, economic, symbolic) which can continue after the conflict is officially over. As in the case of sieges, which enclose individuals in a space of violence and penury, mobility – forced or spontaneous, temporary or definitive – provoked an increased vulnerability of populations or soldiers in transit.
  • Mobility and territories: The population fluxes generated by the redrawing of borders and social or economic transformations caused by the war often implied a redefinition of local identities on different scales. This process was prolonged after the end of the fighting. Military and civilian mobility, provisory or long-term, marked the territories and their resources and disrupted the legacies from the pre-war period.

This approach centred on mobility aims to move beyond the national framework which still largely shapes studies on the First World War. In this respect, it seems fruitful to examine the war in terms of spaces, trajectories and circulations. We will favour new approaches on the conflict which rethink the links between front and home front, home country and colonial territories, centres and peripheries.

Applications for the one-day workshop will include: a) a short CV; b) a proposal (500 words maximum) in French or English which outlines the methodology and the sources used.

Applications should be sent to mobility.sciencespo@gmail.com before June 15, 2014. We will notify applicants at the end of June.

The conference will take place at the Institute for Political Sciences (Sciences Po), in Paris, on October 21, 2014. The working languages of the workshop will be French and English. Participants will submit their papers (5000 to 8000 words) no later than October 1, 2014.

Participants are encouraged to ask for financial support from their home institution. Limited funding will be offered to participants who travel far to cover their accommodation and transportation costs.

If you have any questions, please contact us at: mobility.sciencespo@gmail.com

Romain Fathi – Centre d’Histoire de Sciences Po / The University of Queensland Paul Lenormand – Centre d’Histoire de Sciences Po
Géraud Létang – Centre d’Histoire de Sciences Po
Paul Marquis – Centre d’Histoire de Sciences Po

Claire Morelon – Centre d’Histoire de Sciences Po / University of Birmingham


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search