Post-doctorant au concours

Dans le cadre d’un projet ANR déposé par l’IRHiS (Lille 3),
le CRHEC (Université Paris Est Créteil),
le CRHIPA (Université de Grenoble II) et
l’École française de Rome portant sur

Exil politique et innovation (1780-1880),
avec l’appui du Musée national de l’Immigration,

un post doc d’un an est mis au concours à l’UPEC.

Pour la première étape de soumission des candidatures aux instances de l’UPE, un CV et une lettre de motivation sont demandés aux candidats et le dossier doit être envoyé pour le 15 février à Catherine Brice.

Pour tous renseignements complémentaires, merci de vous adresser à :
catherine.brice@gmail.com

La bourse post-doctorale proposée par le CRHEC- UPEC s’’inscrit dans le cadre du lancement d’un projet de recherche sur Exil politique et innovation (1780-1880). Il s’agira en effet de s’’intéresser aux innovations (dans les pratiques politiques, économiques, militaires, techniques ou artistiques) générées par le déracinement et les déplacements de l’exil politique au cours d’un long XIXe siècle allant des années 1780 jusqu’’à 1880 à partir des pays européens (France, Italie, Allemagne, Espagne, Portugal, Pologne, Hongrie).  Ce qui nous intéresse, c’est de pouvoir mettre en oeuvre une histoire sociale de l’’innovation à partir d’’un échantillon significatif et bien circonscrit. Un post-doc serait précieux pour le CRHEC, pour au sein de ce projet, apporter des premiers résultats sur un des thèmes choisis, qu’’il s’’agisse du politique, du technique ou du culturel.

Outre son investissement pour sa propre recherche, qui doit être en phase avec les axes du projet, on demandera au post-doc de s’’investir dans la conception d’une prosopographie qui permettra de constituer une base de données des exilés politiques. Les déplacements de  cette population, entre pays européens et vers la Méditerranée ou les Amériques, rend indispensable un tel outil pour les suivre de leur départ jusqu’’à leur éventuel retour.

Pour la base de données, il serait donc utile que le candidat soit déjà habitué à l’usage de bases de données en histoire, et soit capable d’’accompagner un concepteur.

Il lui sera également demandé de participer activement aux tables rondes prévues en 2014-2015 sur Les archives du monde du travail à Roubaix et sur Les confiscations des biens des exilés ; et, en 2015 autour de Des émigrés de la Révolution à l’exil des légitimistes, pris sous l’’angle très précis de leur adaptation matérielle et économique et d’’organiser un séminaire sur l’année.

Contrat post-doctoral de 12 mois, à temps plein, débutant le 1er octobre 2014

Rémunération : 2000 euros nets mensuels


Vous aimerez aussi...