Conservation et restauration du verre

Capture d’écran 2014-01-10 à 08.27.31Dans le cadre de l’exposition née de la collaboration entre l’écomusée de l’Avesnois (Nord) et le musée de l’Ardenne (Ardennes) « Trélon, Charleville & Glageon ». « Trois verreries réunies » illustrant Un art, celui de la verrerie  à la main, Une époque, celle du verre industriel  soufflé à la bouche, Un service, celui de la table de tous les jours.

et qui se déroulera à l’atelier-musée de verre à Trélon (site de l’écomusée de l’avesnois) du 14 juin au 12 octobre 2014 & au Musée de l’Ardenne de Charleville-Mézières du 17 octobre au 31 décembre 2014

L’écomusée  de  l’Avesnois  et  le  musée  de  l’Ardenne  de  Charleville-Mézières organisent  leur colloque Conservation et restauration du verre sur le site de l’atelier-musée du verre à Trélon  (Nord) les 9 et   10  octobre  2014. 

Appel à communications

Cette   manifestation  fait  suite  aux  deux   précédents  colloques  Conservation   et restauration du verre  mis  en  place  par  l’écomusée de l’avesnois en  2007 et 2009. Or, cette fois, l’accent sera mis sur les  verres des XIXe  et XXe  siècles ; ce en rapport avec la collection Jacqueline Dubois, épouse de  Jacques Dubois,  dernier maître des  Verreries  réunies de  Trélon,  Charleville & Glageon,   collection acquise par l’écomusée de l’avesnois et mise  en valeur  pour lors. La tenue de ce colloque sera l’occasion pour  l’écomusée de l’Avesnois et le musée de l’Ardenne de Charleville-Mézières de présenter un ouvrage novateur : le Thésaurus Technique Industriel Verrier (TTIV ©écomusée de l’avesnois). Ce thésaurus représente l’aboutissement de 20 ans  de collecte par  M. Stéphane Palaude,  Docteur en  Histoire,   spécialiste  en  verreries,  du  vocabulaire  industriel  verrier  auprès  des personnels de  four  et  des personnels  auxiliaires ayant  travaillé en  verreries  à  la  main  françaises  et francophones continentales, là où se pratiquaient le soufflage à la bouche, voire le travail à la machine. Le but poursuivi de la rédaction du TTIV est  double  : d’une part,  il s’agit de sauvegarder toute  une terminologie industrielle dont  peu  d’ouvrages parus jusqu’ici ont fait cas,  c’est-à-dire tout  le vocabulaire employé  en  verrerie  industrielle aux  XIXe   et  XXe   siècles par  les  ouvriers eux-mêmes au  « bout  chaud  » comme au  « bout  froid » ; terminologie  aujourd’hui d’un  métier d’art  qu’est  celui  du  verrier  à  la  main. D’autre  part,  selon l’acceptation de la célèbre phrase « ce  qui se conçoit  bien,  s’énonce clairement », le TTIV  permettra aux  personnels en  charge des  collections tant  publiques que  privées, d’inventorier  les pièces en  verre  de  cette période en  usant d’une  terminologie standard explicite.  La compréhension des fiches d’inventaire en matière de pièces de verrerie des XIXe  et XXe  siècles n’en sera que plus facilitée  et les recherches sur des  œuvres en verre  de cette époque y gagneront en efficacité. La diffusion  du TTIV ne se limitera cependant pas aux seuls professionnels de la conservation, voire de la restauration d’œuvres d’art. Les professionnels du verre,  les particuliers amateurs de verrerie, les étudiants tant en Histoire  de l’art, en Design,  en Histoire  des  techniques que  dans  d’autres domaines, ne pourront que  mieux  comprendre l’art du  verre   par  le  biais  du  TTIV  et  reprendre ce  vocabulaire  ancien qui  pourrait bien  disparaître, faute d’exécutants en verreries traditionnelles voire mécanisées.

contact : palaude.s@hotmail.com


Vous aimerez aussi...