Appel à communications — « Les comptables au Moyen Âge : parcours individuels, portraits de groupe »

Illustration comptabilités 2014 détail B 13877 f 137 rAppel à communications
pour fin octobre

Table ronde du groupe de recherche sur les comptabilités médiévales

13 Juin 2014, Lille

Les comptables au Moyen Âge : parcours individuels, portraits de groupe

Depuis 2008 , les rencontres du groupe de recherche sur les comptabilités médiévales, ont permis d’envisager les comptes dans leur dimension diplomatique et codicologique, puis sous l’angle de leur analyse textuelle, culturelle et technique, au cours des rencontres organisées d à Lille, Paris, Dijon et Besançon. Autant de tables rondes qui continuent de nourrir les numéros de la revue en ligne Comptabilité(S). Plus récemment, la tenue du colloque « Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable au Moyen Âge » à Paris en octobre 2012, a permis de mettre en perspective toutes ces approches.

La place des individus en charge de cette comptabilité restait à aborder. Conformément aux intentions initiales formulées à Lille en 2008, la question des hommes (et parfois des femmes) en charge de  produire, de manier, de contrôler cette comptabilité médiévale restait à étudier, d’autant que l’éclairage apporté par les rencontres précédentes sur leurs compétences diverses, soulignait à la fois la variété des parcours et des horizons sociaux dont étaient issus leurs savoir-faire, entre, milieux ecclésiastiques, service du prince, monde marchand et urbain.  La rencontre prévue à Lille le 13 juin 2014 s’intéressera à ceux qui eurent la charge de tenir les comptes ou de les étudier, faisant de cette compétence un atout dans des stratégies sociales et économiques. Y a-t-il une carrière comptable, ou des parcours empruntant entre autres voies celle des comptes ? Une fois de plus, on ne se limitera pas au cadre des comptabilités ecclésiastiques, princières ou urbaines. Les responsables de comptes privés, dans des entreprises commerciales et financières, mais aussi, pour autant qu’on les identifie, au service de seigneurs, ont toute leur place dans cette recherche, d’autant que le cloisonnement des parcours est tout sauf un fait acquis.

Parmi les pistes à explorer, se trouve celle de l’origine sociale et du statut des comptables : est-ce strictement l’affaire de laïcs non-nobles, voire de bourgeois ? Nombre d’ecclésiastiques pouvaient et devaient tenir des comptes, autant pour eux que pour d’autres ; comment leur précoce compétence a-t-elle été remise en cause ? Assiste-t-on à une laïcisation univoque et homogène en Occident ? Retrouve-t-on des nobles comptables, quand plus d’un prince s’affiche en maître de ses propres comptes et manieur de jetons? Une femme est-elle admise au comptoir ? L’exclusion qui semble la règle auprès des princes vaut-elle dans les milieux professionnels ? Parmi les hommes roturiers, il reste encore à déterminer la provenance sociale et géographique des hommes de comptes, leur formation, l’acquisition de leurs compétences à la fois pratiques, juridiques et mathématiques, un apprentissage à comparer à celui des métiers. La constitution de lignées de comptables, de milieux fournissant des agents en nombre, tels qu’on les voit apparaître dans les familles de qui gravitent autour des Chambres des comptes ou des chapitres canoniaux, peut conduire à considérer le parcours des comptables sur plusieurs générations. Surtout, parce que la compétence ne fait pas tout pour des hommes qui sont des manieurs d’argent, l’appartenance du comptable à un milieu capable de fournir un accès au crédit peut également expliquer son recrutement et son avancement : la capacité à compter est-elle toujours l’élément fondamental dans ces carrières ?

La pratique des comptes est parfois un instrument de la mobilité : mobilité géographique qui a pu entraîner des déplacements lointains, dans le service de l’Eglise, de princes étrangers, ou au sein d’entités politiques composites. La circulation des hommes a pu entraîner celle des pratiques, ce qui concerne en particulier les nombreux italiens que l’on retrouve dans les comptabilités de toute l’Europe.  La mobilité est également sociale : les parcours sont donc à mesurer également en termes d’enrichissement par des moyens plus ou moins honnêtes, de faculté à intégrer la noblesse pour des manieurs d’argent au passé parfois trouble. Les stratégies d’investissements fonciers mais aussi les fondations pieuses ou l’acquisition de livres ou d’œuvres d’art permet d’envisager leur stratégie de légitimation de leur action et de leur réussite, voire de leurs échecs, en partie tributaires des regards de la société sur ces individus.

Dans la lignée des journées d’étude précédentes, la rencontre donnera de nouveau lieu à publication dans la revue Comptabilité(S). Une fois de plus, l’utilisation de ce support qui supprime bien des contraintes en termes d’illustrations, nous encourage à nous appuyer sur les supports documentaires issus de la pratique, qu’il s’agisse de l’étude diplomatique des mains, de l’usage de signatures, de représentations iconographiques de ces individus, qui ne sont pas tous des inconnus. Enfin, l’étude des circulations incite à cartographier ces phénomènes au sein des territoires comme à l’échelle européenne.

Propositions à renvoyer à jean-Baptiste Santamaria : jb.santamaria@voila.fr


Vous aimerez aussi...