Cultures et identités combattantes en Europe de la guerre de Cent ans à la Seconde Guerre mondiale

Journées de l’Histoire de Blois 2013 : La Guerre

Vendredi 11 octobre 2013

Organisation : Benjamin Deruelle (MCF Lille 3)
Arnaud Guinier (Pensionnaire Fondation Thiers-IHMC)

Cadre général du projet
Le projet proposé s’intégrera dans la troisième catégorie des Cartes Blanches des Rendez-vous de l’histoire de Blois.
Il s’agira en effet d’une journée d’étude réunissant des membres des Universités de Lille 3, Rennes II et Paris I,   ainsi que de l’Institut de Recherche Stratégique de l’École Militaire (IRSEM) et du Centre de Recherche des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (CREQ).

Cet événement scientifique aura non seulement pour but de présenter des travaux innovants dans le domaine de l’histoire militaire,  mais également de contribuer à leur vulgarisation. A ce titre, il s’adressera aussi bien à un public de spécialistes et de professionnels qu’au grand public.
Dans cette dernière perspective, le choix d’une édition numérique pour la publication des actes sera privilégié, afin de favoriser en particulier un accès rapide au texte des communications. Par ailleurs, des bibliographies en liaison avec les travaux présentés seront fournies lors de la journée d’étude et reproduites en ligne, accompagnées de documents utiles à l’approfondissement de la question. Enfin, les temps d’échange et de discussion occuperont une place essentielle dans l’organisation de la journée afin de permettre une interaction aussi libre et enrichissante que possible entre la salle et les intervenants.

Présentation scientifique
L’idée même qu’il puisse exister une culture de la guerre proprement occidentale a fait l’objet d’un lourd débat historiographique dans le monde anglo-saxon. Les acteurs de ce débat ont fait en particulier jouer leur argumentation sur le temps et l’espace. Pourtant, à considérer la culture comme l’ensemble des connaissances, croyances, production et comportements acquis par l’homme et communs à un groupe qu’ils caractérisent et distinguent des autres, les échelles sociales, politiques ou religieuses doivent, elles aussi, être interrogées. Dans cette perspective, il paraît intéressant de réfléchir au rôle global de la culture dans la détermination des limites et de l’identité du groupe combattant. En effet, la culture offre un cadre de conservation et de transmission de la mémoire et des valeurs collectives, ainsi que des codes réglant les relations des membres du groupe entre eux et avec le reste des acteurs sociaux. Elle détermine, par ailleurs, la manière dont un individu ou un groupe d’individus se reconnaissent et se rassemblent autour de certains traits particuliers et élaborent leur identité par confrontation avec l’altérité. A ce titre, elle contribue fortement à la création des identités combattantes
Ainsi, le lien qui unit culture, identité et pratique du combat peut-il être réévalué. Dans cette perspective nous entendrons le combattant selon trois critères :
–   Le critère juridique, qui s’efforce de distinguer combattant et non combattant ;
–   Le critère de la pratique, selon lequel le combattant est celui qui prend les armes ;
–   L’ordre du discours, où est combattant celui qui se présente ou est désigné comme tel. En vertu de cette définition, le confinement du combattant au militaire apparaît réducteur, ignorant des pratiques comme la faide, la guerre civile ou les révoltes. Pour autant, la prise en compte  du  combattant  individuel  (duel,  rixe),  n’est  pas  au  cœur  de  la  réflexion  que  nous proposons. Il s’agit en effet de s’intéresser à la constitution de cultures de guerre qui, sans être nécessairement militaires, impliquent l’existence d’une action collective, organisée et dotée d’un but, qu’il soit politique, religieux, voire social (révolte, jacquerie). Le combattant sera donc considéré en tant que membre d’un groupe guerrier qui peut être défini comme un ensemble de personnes entretenant entre elles des relations réglées (consciemment ou non), désireuses de faire groupe et reconnues par les autres comme membres de ce groupe.
Nous  l’avons  évoqué,  l’analyse  des  cultures  de  guerre  a  souvent  été  effectuée  dans  une perspective géographique, nationale. Bien que conscients des apports de la méthode comparatiste appliquée  à  plus  grande  échelle  et  des  problématiques  liées  aux  échanges,  adaptations  et transferts culturels issus des contacts entre peuples (question qui mériterait à elle seule une journée d’étude spécifique), nous nous attacherons ici aux rapports entre culture, identité et constitution d’un groupe combattant dans le cadre du seul continent européen. L’objet de notre réflexion portera sur l’articulation des cultures combattantes et des multiples identités et éléments d’appartenances auxquelles l’individu peut se rattacher. Il s’agira moins de mettre au jour une diversité civilisationnelle que de s’attacher à la formation d’identités collectives à travers le combat.
Aussi  cette  journée  d’étude  propose-t-elle  de  se  pencher  sur  les  cultures  et  identités combattantes sous différents aspects. Il s’agira bien sûr d’interroger leurs contenus en identifiant les éléments théoriques – connaissances, croyances, principes de classification –, et pratiques
− productions matérielles, savoir-faire et comportements – ainsi que les modèles collectifs qui les sous-tendent. Il s’agira également d’envisager la manière dont ils s’articulent dans les faits. Doit être par ailleurs posée la question des marqueurs de l’identité, des attributs distinctifs
− qu’ils  soient  matériels,  symboliques  ou  rituels −  qui  attestent  de  l’appartenance  et  de l’identification au groupe. Ces derniers peuvent notamment recouvrir la forme de pratiques et de comportements  orientés  par  la  culture  et  l’identité,  tout  en  contribuant  à  leur  essor,  leur affirmation ou leur transformation, le contenu recouvert par ces deux notions n’étant pas figé.
Dans cette dernière perspective, la genèse et l’évolution dans le temps de ces cultures et identités combattantes doivent aussi être questionnées. Qui sont les individus ou institutions à l’origine de leur essor ? Pourquoi, dans quel contexte et selon quelles modalités les ont-ils promues ? Ici s’impose en outre la question de la réception et de la recevabilité des idéaux proposés.
De la même manière, nous nous intéresserons aux tensions engendrées par l’apparition de nouveaux modèles culturels et identitaires, leur transformation ou leur remise en cause. Ce sont dès lors les relations de l’individu au groupe et au reste de la société, ou du groupe à l’individu et à l’État qui doivent être interrogées. Comment en particulier les groupes gèrent-ils l’apparition, sous l’action de l’État monarchique ou princier, puis de la Nation, d’une culture militaire institutionnelle qui tend à nier les identités particulières au profit d’une culture du service commune et d’une identité militaire nationale ? Comment et pourquoi résistent-ils ou participent- ils à ce processus ?
Enfin, il s’agit en dernier lieu de s’interroger sur les lectures différenciées de la guerre et de son ethos, en lien avec les appartenances sociales, le capital culturel, mais aussi les expériences du combat, ainsi que sur les interrogations que ces interprétations différenciées soulèvent et sur les incompréhensions et tensions qu’elles engendrent.

Programme
Projet Blois Deruelle-Guinier2

Cette journée d’étude se déroulera le vendredi 11 octobre 2013. Trois intitulés de séances ont été retenus :

9h30 : Introduction. Benjamin Deruelle (MCF Lille 3- IRHiS) et Arnaud Guinier (Pensionnaire Fondation Thiers-IHMC).

1re séquence : Construction et déconstruction des identités militaires

10h :  Rémi Masson (Paris 1-IRSEM) : La Maison militaire du roi : évolutions et résistances d’une culture de guerre.
10h35 :  Laurent Brassart (MCF Lille 3-IRHiS) : Conduire la guerre à l’époque de la Révolution : un enjeu entre civils et militaires.
11h10 :  Emmanuelle  Cronier  (Centre  for  War  Studies,  University  of  Birmingham) : Les permissionnaires de la Première Guerre mondiale, des identités ambivalentes.
11h45 :  Laurent Henninger (chargé d’études à l’IRSEM) : Les officiers de l’Armée rouge dans l’entre-deux-guerres : de la difficulté à forger une élite professionnelle.

2e séquence : Culture, guerre et conscience nationale

14h : Arnaud Guinier (Pensionnaire Fondation Thiers-IHMC) : « Ils avaient des yeux et ils n’ont rien vu » : la Prusse et l’émergence d’une culture militaire nationale dans la France des Lumières.
14h35 :  Bernard Gainot   (MCF Paris   1) : Révolutionner la gloire.  Réflexions sur une acculturation.
15h10 :  Michaël Bourlet (CREC), Yann Lagadec (MCF Rennes 2) et Erwan Le Gall (Université Rennes 2) : La Grande Guerre, creuset des identités régionales ?

3e séquence : Guerre et transfert culturel

16h : Benjamin Deruelle (MCF Lille 3-IRHiS) et Élodie Lecuppre-Desjardin (MCF Lille 3-IRHiS) : Pour l’honneur : choc des cultures nobiliaires et urbaines dans les guerres de Bourgogne
16h35 :  Antoine  Roussel  (CREC) :  Les  chefs  de  guerre  français  à  l’école  de  Maurice  de Nassau, Gustave-Adolphe de Suède et Wallenstein : les exemples du baron de Sirot et du comte de Gassion.
17h10 :  Thierry Widemann (chargé d’études à l’IRSEM) : L’Antiquité dans la guerre au Siècle des Lumières – Représentation de la guerre et référence antique dans la France du XVIIIe siècle.

17h50-18h10 : Hervé Drévillon : Conclusion


Vous aimerez aussi...