Guerres mondiales et bassins industriels en territoires occupés (1900-1950)

Projet de journée d’études,
les 20-21 novembre 2014, à Maubeuge

La commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale fournit l’occasion de porter un regard différent de celui du vainqueur sur des évènements perçus volontiers sous une forme compassionnelle. L’affrontement militaire et diplomatique s’inscrit dans un cadre plus large de concurrence et de rivalités économiques dont l’enjeu fut l’emprise sur l’espace européen.
Nous proposons de contribuer à cette approche à partir du cas d’un bassin industriel situé en territoire occupé, celui de la Sambre, foyer d’activité ancien du Nord de la France très lié au Borinage belge, au bassin lorrain et à la Ruhr. Il sera envisagé tout au long du premier XXe siècle, de la Belle Epoque au début des années 1950, dans une perspective comparatiste avec d’autres bassins. La municipalité de Maubeuge accueillera cette journée d’étude à l’Hôtel de Ville, marquant ainsi son souci de promouvoir la recherche historique sur une période qui a tant marqué la ville et sa région.
Cette démarche devrait permettre d’observer les réalités concrètes de fonctionnement des économies locales pendant les conflits et de comparer terme à terme les deux occupations. Comment l’Allemagne administre-t-elle ces territoires ? Comment, de leur côté, les occupés font-ils face aux réquisitions, au travail forcé, aux pillages et exactions de toute sorte ? Les pouvoirs locaux (municipalités, chambres de commerce) conservent-ils des moyens d’action, à travers l’émission de monnaies de nécessité par exemple, ou sont-ils débordés par la pénurie et la désorganisation des rouages de la vie économique ?
La rencontre devrait aussi aider à comprendre l’évolution à long terme de bassins industriels comme celui de la Sambre où sont intervenues les stratégies des grands groupes industriels, mais aussi, dans leurs alternances de misère et de prospérité, celles des petites et moyennes entreprises. Cette configuration leur a procuré de fréquentes opportunités de développement, mais a aussi suscité des difficultés qui handicaperont leur diversification après 1950 et bloqueront leurs chances de reconversion. En est-il de même partout ? La réponse nécessite de se situer dans une perspective longue correspondant au premier XXe siècle.
Certains « capitaines d’industrie » particulièrement visionnaires avaient compris dès les débuts de la période l’intérêt présenté par une région frontalière telle que le Val de Sambre pour assurer le développement d’activités complémentaires où se rencontreront ensuite trois des pays membres de la future CECA. Comment cette situation a-t-elle été affectée par les deux conflits mondiaux, puis par leur règlement ? Ces bassins forment-ils un cadre propice à l’émergence d’une certaine vision de l’Europe ou assiste-t-on au contraire à un phénomène de repli sur des bases nationales ?

La journée d’études envisagée souhaiterait ainsi nourrir la réflexion en prenant appui sur les réalités d’espaces bien déterminés, grâce à l’adoption d’une échelle et d’un angle d’approche qui combinent le local et l’international, le court et le long terme.

Les propositions de communication, accompagnées de quelques lignes de présentation, sont à adresser à l’un des organisateurs avant le 30 septembre 2013.
Les frais de déplacement et d’hébergement des communicants retenus seront pris en charge.

Les organisateurs :
Jean-François Eck, professeur émérite d’histoire contemporaine, Université Lille 3-IRHiS    ( jfeck@hotmail.fr ou jfeck@noos.fr)
Jean Heuclin, doyen de la Faculté libre des lettres et sciences humaines, Université catholique de Lille ( jean.heuclin@icl-lille.fr )

Thématiques envisageables :

–       Situation économique et sociale avant la Première guerre mondiale
–       Processus et méthodes d’exploitation économique par l’occupant
–       Objectifs à court et moyen terme dans les besoins d’une économie de guerre
–       Politique et méthodes de renseignements économiques chez les belligérants
–       Effets et processus de la reconstruction dans les branches industrielles.
–       La place et le rôle des petites et moyennes entreprises
–       Attitude du patronat : résistance ou recherche du « moindre mal » ?
–       Effets de la crise de 1930 sur les économies locales
–       Relations avec les décideurs proches et lointains
–       Rôle des capitaines d’industrie
–       Relations avec les politiques publiques
–       Perspectives européennes ou repli sur des bases nationales etc…


Vous aimerez aussi...