De la politique des grands nombres à la politique du chiffre. L’argument statistique à l’ère du New Public Management

ADASTAT    

 De la politique des grands nombres à la politique du chiffre. L’argument statistique à l’ère du New Public Management

 vendredi 15 mars 2013  

MESHS (2, rue des Canonniers -­ Lille)

Co-­organisatrices : Isabelle BRUNO (politiste, CERAPS/Lille 2), Florence JANY-­CATRICE (économiste, CLERSÉ/Lille 1) et Béatrice TOUCHELAY (historienne, IRHiS/Lille 3)

Présentation  :    

Les usages politiques du chiffre, qu’il soit statistique, comptable, ou qu’il serve à toute sorte de classification et d’évaluation, sont connus. Ils ont été souvent analysés et aussi souvent  décriés  par  la  communauté  des  chercheurs  et  par  les  professionnels  de  la statistique. Il reste cependant plusieurs pistes à explorer pour comprendre comment, malgré cette prise de conscience, ces usages se multiplient, se transforment et s’affinent, le chiffre permettant  autant  d’évaluer  des  pratiques  individuelles  que  des  politiques  publiques, d’administrer les appareils d’État que de gouverner les populations. 

Les  modalités  et  les  étapes  par  lesquelles  la  « politique  du  chiffre »,  associée  à  la « modernisation » contemporaine de l’État et à l’ « assainissement » de ses finances (LOLF, RGPP, Pacte budgétaire européen), s’est substituée à la « politique des grands nombres », propre à l’État social des décennies d’après-­guerre, sont à préciser. Elles renvoient à un déplacement   des   finalités   de   l’argument   statistique,   longtemps   perçu   comme   une convention résultant d’un compromis et doté d’une réalité scientifique, alors qu’il est aujourd’hui de plus en plus tenu pour une technique argumentative de pouvoir, dépersonnalisée et controversée. L’analyse des discours de légitimation qui accompagnent la diffusion et l’emploi des chiffres, celle de leurs canaux de diffusion, de leurs producteurs et de leurs auditoires, est à faire. De même, il convient de mettre au jour les diverses formes de résistance, de contournement et de défiance.

Afin de saisir les enjeux politiques et les rapports de force qui se nouent autour de l’argument statistique à l’ère de la « nouvelle gestion publique » (New Public Management), nous proposons de confronter les réflexions d’universitaires d’horizons divers à celles de syndicalistes de la statistique nationale.

Cette (première) journée prend le parti de s’intéresser à deux grands agrégats de l’économie : le pouvoir d’achat et le chômage. Les deux tables rondes visent à explorer l’histoire de leur construction, les grandes controverses qui ont traversé leur légitimation, ainsi que le glissement dans leurs usages actuels.

Programme   de    la    journée

 11 h 00 -­ 13 h 00

Introduction    aux    sciences    sociales    de    la    quantification    et    enjeux    contemporains    

Isabelle BRUNO (science politique / sociologie), Florence JANY-­‐CATRICE (économie) et Béatrice TOUCHELAY  (histoire)

[13 h -­ 14h15 repas]

14 h 30 – 16 h 00

L’argument   statistique:    constructions,    usages,    contestations    (I)  

Le pouvoir d’achat

Avec Alain GELY (INSEE/CNIS) et Bernard SUJOBERT (INSEE/CNIS)

16 h 15 -­ 17 h 45

L’argument   statistique:    constructions,    usages,    contestations    (II)  

Les chiffres du chômage

Avec Pierre CONCIALDI (IRES), Gilles RAVEAUD (IRES) et Étienne PENISSAT (CERAPS/CNRS)


Vous aimerez aussi...