Dominicains ouvriers d’Hellemmes

LEPRIEUR François

Dominicains ouvriers d’Hellemmes : chronique d’un demi siècle

Paris : Karthala, 2012, 490 p.

Collection Signes des temps

ISBN 978-2-8111-0660-7

FL 2415

Résumé éditeur :

Quand Rome condamne, cette enquête exceptionnelle publiée en 1989 par François Leprieur, relatait la tourmente qui frappa, en 1954, les prêtres-ouvriers dominicains et ceux parmi les théologiens de leur ordre qui leur étaient proches – les pères Chenu, Congar, Féret.
Les dominicains d’Hellemmes, implantés dans la banlieue ouvrière de Lille dès 1948, embauchés dans les usines du quartier, côtoyant des communistes avec lesquels ils ont tissé des liens de solidarité, figurent au nombre des victimes de la crise. Forts de la protection de leur évêque, le cardinal Liénart, ils sont la seule communauté de religieux à résister avec succès aux tentatives de suppression venant de Rome.
L’enracinement depuis plus de soixante ans de cette équipe, dont l’histoire est ici contée dans une cadence lente et grave, est celui d’hommes qui s’engagent dans leur siècle au moment où les sociétés occidentales vivent de brutales mutations. De l’érection du « rideau de fer » à la chute du Mur de Berlin, de l’apogée de la classe ouvrière et de ses organisations à leur déclin au rythme de la désindustrialisation, des espérances nées de la Libération puis de Mai 68 aux désillusions qui succèdent à l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981, le prisme tendu par la communauté du 118 rue Jean-Bart à Hellemmes est un apport précieux à une histoire, vue d’en bas, de nos temps modernes. Ouvriers à Hellemmes, prêtres de l’Église catholique, frères dans l’ordre des dominicains, les acteurs de cette histoire se sont efforcés sans relâche de faire se joindre la vie des ouvriers et leur langage chrétien.

Né en 1942, auteur de Quand Rome condamne dans la collection « Terre humaine » (Plon/Cerf, 1989), François Leprieur fit ses études chez les eudistes et les jésuites de Versailles et d’Évreux. Il quitta les classes préparatoires aux grandes écoles pour entrer, en 1961, dans l’ordre des frères prêcheurs. Ordonné prêtre en 1969, il soutint sa thèse de doctorat en histoire des sciences en 1976. Il suivit ensuite, en 1979, les cours de l’école infirmière du Kremlin-Bicêtre (Assistance publique) puis travailla comme infirmier aux services des urgences d’hôpitaux publics. Il quitta l’ordre dominicain au début des années 90. Retraité aujourd’hui, il vit en Belgique.

Axe de recherches :

  • Équipe 2 – Activités économiques, dynamiques sociales, échanges

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 07/02/2013

    […] L’auteur : Né en 1942, auteur de Quand Rome condamne dans la collection « Terre humaine » (Plon/Cerf, 1989), François Leprieur fit ses études chez les eudistes et les jésuites de Versailles et d’Évreux. Il quitta les classes préparatoires aux grandes écoles pour entrer, en 1961, dans l’ordre des frères prêcheurs. Ordonné prêtre en 1969, il soutint sa thèse de doctorat en histoire des sciences en 1976. Il suivit ensuite, en 1979, les cours de l’école infirmière du Kremlin-Bicêtre (Assistance publique) puis travailla comme infirmier aux services des urgences d’hôpitaux publics. Il quitta l’ordre dominicain au début des années 90. Retraité aujourd’hui, il vit en Belgique. Site de l’éditeur : http://irhis.hypotheses.org/6376 […]