Puissances de la norme

Puissances de la norme

Colloque international

13 décembre 2013

Université d’Orléans – Université François Rabelais de Tours

Appel à communications

La norme est au cœur de nos sociétés et constitue par essence un objet transdisciplinaire.  Son étymologie  renvoie  à  une  vision  technique,  le  latin  norma  désignant  un  instrument  du géomètre qui permet à la fois le tracé et la mesure, la démarcation et l’évaluation. Cette forme originelle  demeure  présente  en  filigrane  dans  l’acception  immédiate  du  terme  par  tout individu appartenant à une société donnée, qui identifie la norme au moyen de l’actualisation du  concept  dans  l’une  de  ses  réalisations  concrètes :  lois,  codes,  règles,  modes  de comportement, jugement social, etc.

Parce qu’elle permet d’activer des couples antagonistes fondamentaux pour le gouvernement des   conduites   individuelles   et   collectives   – affirmation/négation,   inclusion/exclusion, autorisation/interdiction, sanction/récompense, etc. – la norme a su séduire les instances à même de se saisir des rapports de pouvoir, de rationalisation et d’administration des hommes et des choses. Dès lors, l’histoire de la constitution des sociétés et des organisations peut aussi se lire à l’aune de la construction de systèmes normatifs, c’est-à-dire de l’articulation et de la hiérarchisation de dispositifs discriminants mais aussi de leur évolution (diffusion, inversion, actualisation, migration, extinction).

Cette puissance de la norme est l’un des facteurs explicatifs de sa prolifération dans nos sociétés. Juridiques, économiques, techniques, sociales, les normes expriment aujourd’hui leur vitalité dans des sphères dont la variété masque mal la proximité des questions qui s’y jouent. D’autant que, loin d’être étanches, les systèmes normatifs (formalisés ou non) se contaminent les uns et les autres au risque de la surabondance sinon de la contradiction. Une telle propagation ne se comprend que si l’on ramène la norme à ce qu’elle représente en termes de contrôle et de domination pour l’entité qui s’en empare, que ce soit au niveau microscopique  (le  groupe  social)  ou macroscopique  (l’organisation,  l’État).  De  toute évidence, dans l’optique inverse, celui qui se voit absorber par le cadre normatif et, donc, défini par lui comme étant normal ou « a-normal », va en subir les effets, consciemment ou non, et se trouver pris dans un jeu de contraintes qui vont influencer son être (identité, affects, savoirs) et ses comportements (intentions, décisions, actions).

Discriminantes   par   nature   (Canguilhem),   empilées   sous   forme   pyramidale   (Kelsen), ressources disciplinaires imposées ou produites par l’histoire (Foucault), les normes semblent tantôt levier d’action ou emprise coercitive, principe de souveraineté légitime ou, au contraire, violence sociale justifiant déviance ou résistance

C’est cet entrelacement de conceptions et d’usages de la norme que ce colloque se propose d’interroger en portant un éclairage délibérément multidisciplinaire sur cet outil décisif pour le fonctionnement des sociétés, des états et des entreprises, dans une perspective aussi bien rétrospective que prospective. Le souhait de voir se rencontrer (et, parfois, se confronter) des analyses relevant de champs disciplinaires différents (si l’intégralité des sciences humaines et sociales sont concernées, les sciences exactes croisent elles aussi des problématiques liées à la norme) conduit à une ouverture à des contributions embrassant des problématiques hétérogènes, mobilisant des méthodes variées et s’intéressant à des unités d’analyse différentes. Néanmoins, quelques grands thèmes s’imposent, au sein desquels les propositions pourront s’inscrire :

–    le sens de la norme (Est-elle prescription nécessaire ? Mise en conformité facilitant la décision et, donc, l’action ? Modalité de transformation sociale ? Source de paralysie par  mimétisme ?  Expression  par  essence  d’un  pouvoir  totalitaire ?  Ou  encore ressource ambivalente autorisant des lectures plurielles ? Une norme technique est-elle toujours une norme politique ?) ;

–    la production des normes (S’agit-il d’un phénomène social émergent, d’un travail technocratique, d’un processus démocratique ? D’où le producteur de normes tire-t-il sa légitimité ? Une norme doit-elle s’imposer au détriment d’une autre ?) ;

–    l’adaptation des normes aux contextes (Les normes visent-elles l’universalité ? Doit- on distinguer des applications locales et globales, des niveaux de normalisation distincts ?) ;

–    la prolifération des normes (La prolixité des systèmes normatifs accroît-elle leur pouvoir ou, au contraire, entretient-elle une confusion, des redondances, des oublis qui ménagent  des  marges  aux  acteurs ?  La  normalisation  managériale  a-t-elle,  par contagion, touché toute la société ?) ;

–    l’instrumentalisation des normes (Les acteurs individuels ou les organisations, les forces  politiques  ou  économiques  agissent-ils  par  la  norme  ou  avec  la  norme ? L’action sur la norme provoque-t-elle une distorsion injustifiable des rapports de force ?) ;

–    l’opposition aux normes (Peut-on refuser la norme ? En jouant contre la norme, la déviance est-elle ni plus ni moins qu’une instrumentalisation comme les autres ? La résistance est-elle consubstantielle au processus normatif ?) ;

–    l’épistémologie de la norme (Les sciences humaines et sociales doivent-elles être normatives ?   Les   normes   axiomatiques   doivent-elles   s’imposer   à   toutes   les disciplines ? Les classifications scientifiques créent-elles des normes sociales ? Les attentes de la société conduisent-elles à normaliser la recherche ?).

Depuis les diktats de la mode ou les règles de convenances jusqu’aux normes comptables en passant par la transposition dans la loi de principes moraux ou la constitution des indicateurs permettant d’évaluer la RSE, la norme étend son règne dans le quotidien de tout un chacun. L’Afnor énonce de plus en plus de standards techniques, les Français disputent à l’envi des règles de l’orthographe tandis qu’un candidat à l’élection présidentielle se rêvait en président « normal » et qu’une banque suisse défrayait la chronique par la précision du dress code imposé à ses cadres. Cette propension normalisatrice, ses origines et ses effets seront au cœur des débats lors de ce colloque.

***

Comité scientifique
Florence ABRIOUX (sociologie), LCP / université d’Orléans.
Pierre ALLORANT  (histoire du droit), Polen / université d’Orléans. Abdelmajid AMINE (gestion), IRG / université Paris-Est.
Lusin BAGLA (sociologie), Vallorem / université d’Orléans. Mathias BÉJEAN (gestion), IRG / université Paris-Est. Faouzi BENSEBAA  (gestion), IRG / université Paris 8.
Dominique BESSIRE (gestion), Vallorem / université d’Orléans. Sandrine BOULERNE  (gestion), Vallorem / université de Tours. Franck BRILLET (gestion), Vallorem / université de Tours. Julien CAZALA (droit), CRJ Pothier / université d’Orléans. Gilduin DAVY (histoire du droit), Polen / université d’Orléans.
Véronique DES GARETS (gestion), Vallorem / université de Tours. Anne DELOUIS (anglais), Polen / université d’Orléans.
Hervé DUMEZ (gestion), CRG / École Polytechnique. Jean-Paul DUMOND (gestion), IRG / université Paris-Est. Jean GARRIGUES  (histoire), Polen / université d’Orléans. Frédéric GAUTIER (gestion), Primal / université Paris-Ouest.
Vincent GIARD (gestion), Lamsade / université Paris Dauphine. Benoît JOURNÉ (gestion), Lemna / université de Nantes.
Jean-Philippe LAFONTAINE  (gestion), Vallorem / université de Tours. Joan LE GOFF (gestion), Vallorem / université de Tours.
Daniel LEROY (gestion), Vallorem / université de Tours. Jacques LEROY (droit), CRJ Pothier / université d’Orléans. Anne MIONE (gestion), MRM / université de Montpellier. Emilia NDIAYE (latin), Polen / université d’Orléans.
Paul-Valentin NGOBO (gestion), Vallorem / université d’Orléans. Stéphane ONNÉE (gestion), Vallorem / université d’Orléans. Yvon PESQUEUX  (gestion), Management et société / Cnam.
Éric PEZET (gestion), Primal / université Paris-Ouest. François PRIET (droit), LCP / université d’Orléans.
Bernard RIBEMONT  (histoire), Polen / université d’Orléans. Dietmar RIEGER (littérature), université de Giessen (Allemagne). Dominique ROUX (gestion), Pesor / université Paris-Sud.
Henri SAVALL (gestion), Iseor / université Jean Moulin Lyon 3. Juliette SÉNÉCHAL  (droit), CRDP / université Lille 2.
Mary Jane SCHENCK  (littérature), université de Tampa (États-Unis). Catherine THIBIERGE  (droit), CRJ Pothier / université d’Orléans. Béatrice TOUCHELAY  (histoire), IRHIS / université Lille 3.
Pierre-Yves VERKINDT  (droit), IRJS / université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Comité d’organisation
Dominique BESSIRE (gestion), Vallorem / université d’Orléans. Joan LE GOFF (gestion), Vallorem / université de Tours. Frédérique LETORT (gestion), Vallorem / université d’Orléans. Emilia NDIAYE (latin), Polen / université d’Orléans.
Stéphane ONNÉE (gestion), Vallorem / université d’Orléans. Bernard RIBEMONT  (histoire), Polen / université d’Orléans.
Caroline LAMBERT, responsable administrative, Vallorem / université d’Orléans. Laurence SALLÉ, responsable administrative, LCP-CRJ Pothier / université d’Orléans.

***

Normes géographiques

Le colloque se déroulera à l’université d’Orléans, Faculté de Droit, d’Économie et de Gestion.

***

Normes calendaires

• Projet de communication (20 pages environ, cf. normes éditoriales ci-après) : 30 avril 2013.

Les projets de communications sont à envoyer à : colloque-norme@univ-orleans.fr

• Avis du comité scientifique (après double évaluation anonyme) : 12 juillet 2013.

• Réception des textes définitifs : 14 octobre 2013.

• Colloque : 13 décembre 2013.


Vous aimerez aussi...