Une histoire de l’État

Une histoire de l’État

France-Culture 26-01-2012

Débat sur les finances publiques et l’État en faillite.

Depuis le XIIIe siècle, les souverains doivent financer des guerres entre États européens en formatIon. France et Angleterre se disputent ainsi des portions de territoire continental et mobilisent des sommes importantes dans ces conflits de grande envergure.

Les Anglais, premiers dans ce domaine dans l’Europe de l’époque, mettent en place une fiscalité permanente dont la contrepartie est le consentement du peuple aux actions mises en oeuvre par le souverain.
La guerre est ainsi, selon un de nos invités, Jean-Philippe Genet, auteur d’une « Genèse de l’État moderne », le point de départ des déséquilibres financiers des États en cours de construction.

Marie-Laure Legay, spécialiste des finances publiques dans le France moderne, nous explique quant à elle que les guerres de Louis XIV ont provoqué de telles dépenses que Colbert s’est décidé à créer une comptabilité publique plus rigoureuse que ses prédécesseurs. Mais la réforme fiscale qui aurait dû l’accompagner n’est jamais venue et ses successeurs du XVIIIe siècle n’ont que trop tardivement mis en oeuvre un politique financière moins catastrophique.
A l’exception de la période de la Régence, pendant laquelle le duc de Noailles a tenté de rétablir des comptes du pays. Alexandre Dupilet, notre quatrième invité, a consacré sa thèse à cette période et au rêve de la « polysynodie », sorte de modèle d’administration qu’il réévalue dans son travail.

Pierre-Cyrille Hautcoeur, notre dernier invité nous explique pour finir comment la bourgeoisie XIXe, sortie des guerres de la Révolution et de l’Empire, met en place une économie rentière et prudente qui rééquilibre les comptes d’un État perpétuellement au bord de la faillite.
Marie-Laure Legay
, professeur d’histoire moderne à l’Université de Lille 3 et est spécialiste de l’histoire des finances publiques, auteur notamment de «La banqueroute de l’état royal » (éd. EHESS)
Alexandre Dupilet
, docteur en histoire de l’Université de Paris VIII Vincennes-Saint-Denis, poursuit ses recherches sur les structures et le fonctionnement de la monarchie d’Ancien Régime, auteur notamment de «La Régence absolue – Philippe d’Orléans et la polysynodie (1715-1718) » (éd. Champ Vallon).
Pierre-Cyrille Hautcoeur
, historien et économiste, directeur d’études à l’EHESS et à Paris School of Economics-École d’économie de Paris.
Jean-Philippe Genet
, professeur d’Histoire Médiévale à l’U.F.R. d’Histoire, Paris I, spécialiste de la genèse de l’État moderne, auteur notamment de «La genèse de l’état moderne. Culture et société politique en Angleterre» (éd. PUF).


Vous aimerez aussi...