Portraits de la Grande Guerre. Les pastels d’Eugène Burnand au musée de la Légion d’honneur

Portraits de la Grande Guerre. Les pastels d’Eugène Burnand au musée de la Légion d’honneur, présentés par Xavier Boniface

[Ivry/Seine – Bar-de-Duc – Paris], ECPAD – Conseil général de la Meuse – Grande chancellerie de la Légion d’honneur, 2010, 248 p.

Le musée de la Légion d’honneur expose une collection d’une centaine de portraits au crayon et pastel de combattants alliés de la Grande Guerre, qui vont du fantassin au général, de l’infirmière à l’aumônier, et qui sont issus de tous les pays de l’Entente et de leurs colonies. Ces tableaux ont été réalisés entre 1917 et 1920 par un peintre suisse, Eugène Burnand, plus connu pour sa peinture naturaliste et religieuse. En 1922, un ouvrage, Les alliés dans la guerre des nations, devenu aujourd’hui introuvable, en avait déjà publié les reproductions.

Il émane de ces portraits au profond réalisme une puissance, presque une force morale, dont témoignent notamment les regards des personnages, et qui veut exprimer la profonde humanité des soldats de la Grande Guerre. Ce sont des caractères, des personnalités et, au- delà, des âmes, qu’a voulu suggérer Burnand. Il s’agit d’un ensemble émouvant, quasi charnel, dans toute la vérité humaine de ses sujets.
Des visages exprimant les souffrances de la guerre : des regards usés, des rides précoces, chez des hommes pourtant jeunes encore. Les fantassins, majoritaires dans la série, semblent plus vieillis que les autres. Certains portraits traduisent également l’épreuve de l’exil (Tchèques, Polonais, Roumains) ou du déracinement (les travailleurs chinois ou tonkinois, les tirailleurs annamites, sénégalais ou algériens).

Cette collection unique au monde rassemble plus de 104 portraits et 14 nationalités des forces alliés, réalisés au pastel, procédé fragile et raffiné.

L’originalité de ce bel ouvrage réside dans la présentation de chaque portrait en regard d’une photo analogue. Cette mise en perspective reflète la proximité des regards du photographe et du peintre. Un ensemble émouvant, quasi charnel, dans toute la vérité humaine de ses sujets.

Des visages exprimant les souffrances de la guerre : des regards usés, des rides précoces, ce sont des hommes en majorité jeunes, marqués par les souffrances des années de guerre. Les fantassins, majoritaires dans la collection, poilus, tommies, doughboys ou serbes, semblent plus vieillis que les autres. Certains portraits traduisent également les souffrances de l’exil (tchèques, polonais, roumains) ou du déracinement (les auxiliaires chinois, les tirailleurs annamites, le soldat kanak, le soldat africain).

Accédez au site de l’ECPAD


Vous aimerez aussi...