Le « Journal des Dames et des Modes »

KLEINERT Annemarie

Le « journal des dames et des modes » ou la conquête de l’Europe féminine (1797-1839)

Stuttgart : Thorbecke, 2001, 1 vol. (VII-502).

Collection Beihefte der Francia ; 46

ISBN 3-7995-7440-9

FR 1517

Résumé :

En France, pays de la Haute Couture, des journaux s’occupant régulièrement de mode n’existent que depuis les années 80 du 18e siècle. Un des pionniers de ce genre, éminent par son tirage et par sa longévité de presque
42 ans, est le Journal des Dames et des Modes. Beaucoup de collaborateurs portent des noms célèbres et, dans de nombreuses publications du monde civilisé de l’époque, on copiait ses gravures en couleur. L’ouvrage décrit l’histoire de cet illustré, fondé par le libraire Sellèque et l’ancien prêtre Pierre de La Mésangère. Au cours de la Révolution, La Mésangère ayant perdu ses fonctions ecclésiastiques et son activité comme professeur de philosophie au collège de La Flèche, il tente de vivre comme écrivain et journaliste à Paris. Peu après la fondation du journal, Sellèque est victime d’un attentat visant à tuer Napoléon la veille du jour de Noël 1800. Le livre retrace les difficultés initiales du magazine, rencontrées lors de sa tentative de se faire une renommée  parmi les autres périodiques parisiens. Il raconte ses années de succès sous l’Empire et la Restauration, quand toute l’Europe suivait ses conseils en matières d’étiquette et quand un critique comparait l’influence de son éditeur La Mésangère à celle de Napoléon, soulignant que « les conquêtes » de l’ancien homme d’Église étaient plus durables que celles de l’empereur des Français. Il explique aussi que plusieurs jeunes talents comme le peintre Paul Gavarni et très probablement l’écrivain Honoré de Balzac firent leurs débuts dans ce périodique. Tandis que l’expérience du jeune peintre étaient marginalement connue, l’observation sur Balzac, qui signait ses articles seulement d’initiales ou de pseudonymes, représente une découverte. Finalement, l’ouvrage esquisse les huit dernières années après la mort de l’abbé en 1831, quand le journal fut confronté à une dure concurrence et à des mutations technologiques et administratives. Le cadre chronologique est complété par la biographie des éditeurs, rédacteurs, dessinateurs, graveurs et imprimeurs. On traite les rapports du périodique avec les belles-lettres, les arts et la culture industrielle, son influence sur la position de la femme dans la société, ainsi que la composition de son lectorat. La question des innovations urbaines décrites par le journal est abordée, comme celle de son importance politique car il contribuait à la promotion d’idées nationales et à la suprématie de la mode française en Europe.
Une annexe donne des informations détaillées sur l’évolution technique du journal, sur les nombreuses séries de gravures publiées au siège de l’entreprise et sur les données biographiques des collaborateurs les plus importants. Enfin, il présente un choix d’articles et de planches typiques classés par sujets et dates, permettant de se faire une idée de ce qu’était, au temps du classicisme et du romantisme, la revue féminine la plus importante en France.

Annemarie Kleinert, née en 1947, est spécialiste de l’histoire de la presse féminine. Déjà sa thèse de docteur d’État, en 1976, était un ouvrage de repère sur les premiers journaux de mode en France. Elle est aussi l’auteur d’une biographie sur Eva Evdokimova, personnage du monde de la danse classique, ainsiqu’une volumineuse documentation sur l’Université libre de Berlin. Elle a dirigé des projets de recherche auprès de diverses universités allemandes. A San Diego, à l’université de Californie, elle a enseigné l’histoire de la civilisation européenne.

Table des matières :

1. Introduction

2. Les débuts du journal
2.1. La renaissance d’une presse féminine après la Terreur
2.2. La fondation du périodique en 1797
2.3. Les contrefaçons d’illustrations et d’articles du magazine
2.4. Le fondateur, victime d’un attentat contre Napoléon
2.5. Un ancien prêtre, éditeur du journal : Pierre de La Mésangère
2.6. Le siège du journal rue Montmartre

3. L’apogée de l’illustré
3.1. Le magazine sous Napoléon : Moniteur officiel de la mode
3.2. Diffusion et tirage
3.3. Abonnés et lecteurs
3.4. La Mésangère, mécène de jeunes talents
3.5. Vers 1830 : l’éditeur vieillissant se heurte à certains obstacles
3.6. Le conflit entre les héritiers de La Mésangère

4. Le déclin et la succession du périodique après 1831
4.1. Crise et relance
4.2. Une femme à la tête de l’illustré
4.3. Balzac et le Journal des Dames et des Modes
4.4. La même revue sous un nouveau titre : Gazette des Salons
4.5. L’Association universelle des journaux de modes, littérature
4.6. Les successeurs du célèbre pionnier de la presse de mode

5. Conclusion

6. Quelques gravures du journal reproduites en couleur

Annexe
A. répertoire des transformations subies par le journal
A.1. Titres et sous-titres
A.2. Périodicité
A.3. Format des pages
A.4. Prix de l’abonnement en France
A.5. Adresse du siège du journal
A.6. Nombre de pages des cahiers du journal
A.7. Présentation des gravures
A.8. Tableau de production annuelle des cahiers parus
A.9. Datation selon le calendrier républicain

B. Les collaborateurs du magazine
B.1. Noms et dates de collaboration des éditeurs, rédacteurs, dessinteurs, graveurs, imprimeurs et distributeurs
B.2. Portraits des principaux collaborateurs

C. Répertoire des illustrés et séries rattachés au journal
C.1. Les illustrés annexés par le journal
C.2. Environ mille six cents gravures publiées en séries au siège du journal

D. Le journal, objet de collections
D.1. Prix payés par les collectionneurs
D.2. Bibliothèques publiques possédant le périodique

E. Quelques pages extraites du Journal des Dames
E.1. Fac-similé du premier cahier paru le 20 mars 1797
E.2. Choix d’articles et de gravures publiés par le journal
E.2.1. La grande politique dans un magazine non-politique
E.2.2. Le journal, haute école de galanterie et de conversations spirituelles
E.2.3. Le journal, reflet de l’industrialisation croissante
E.2.4. La vie littéraire, artistique et théâtrale
E.2.5. Paris et l’espace habité
E.2.6. La société parisienne
E.2.7. L’émancipation des femmes
E.2.8. Le magazine, guide en matière d’éducation
E.2.9. Faits divers
E.2.10. Modes et coutumes

F. Inventaire des documents
F.1. Documents d’archives
F.2. Bibliographie
F.3. Journaux féminins, almanachs et autres périodiques consultés
F.4. Crédit photographique

Axe de recherches :

  • Axe transversal : Cultures visuelles

Vous aimerez aussi...