Séance aux Archives nationales — « Débats citoyens »

le jeudi 27 avril 2017, à 18h00, aux Archives nationales Site de Pierrefitte-sur-Seine, en salles des commissions 1 et 2

Intervention de

Christian VIGOUROUX, président de la section intérieure du Conseil d’État et de André LOEZ, historien

à l’occasion de la séance des Débats citoyens

Christian VIGOUROUX, président de la section intérieur du Conseil d’État
En principe, dans le service de l’intérêt public, désobéir est une faute, mais c’est une obligation si l’ordre est illégal, et c’est un honneur quand la République se dissout. Dans tous les cas, c’est un risque pour l’agent face à une hiérarchie qui, par nature bureaucratique, est plutôt exigeante, rancunière et obsédée par le résultat. Mais, en certaines circonstances, ne pas désobéir contribue au naufrage de la société démocratique.

André LOEZ, historien
Comment comprendre les désobéissances combattantes en 1914 – 1918 ? Derrière l’image d’union sacrée associée à la Grande Guerre, des soldats, par milliers, ont désobéi, par des actes minimes, des désertions furtives, mais aussi de grands moments de refus comme les mutineries de 1917, dont la portée fait débat parmi les historiens. Pour comprendre ces faits, il faut les inscrire dans la durée de la guerre, et dans l’identité de ces combattants qui furent également des citoyens.


Vous aimerez aussi...