Appel à communication — « D’autres regards sur les Le Nain »

Appel à communication => avant le 15 février 2017

D’autres regards sur les Le Nain

Journées d’études
Musée du Louvre-Lens, 5-6 mai 2017

Depuis leur redécouverte il y a plus d’un siècle, l’œuvre des Le Nain a fasciné l’histoire de l’art française, de Champfleury à Jacques Thuillier en passant par Paul Jamot. Cette fascination a permis de ne pas limiter leur création à la peinture de genre, comme à l’élaboration de catalogues raisonnés avec distinction des trois frères, mais elle laisse de côté certains domaines : les liens avec le nord ont été rapidement négligés, le dialogue avec les historiens, en vue d’une meilleure compréhension culturelle de leurs œuvres, ne s’est pas vraiment établi.

Profitant que l’exposition sur les Le Nain soit présentée dans la région des Hauts-de-France au musée du Louvre-Lens du 22 mars au 26 juin (après une première rétrospective aux Etats-Unis), et que ses deux commissaires proposent d’attribuer la célèbre Académie d’hommes à un peintre nordique, ces journées d’études voudraient susciter d’autres regards sur les Le Nain, faire naitre de nouveaux questionnements sur leurs œuvres, en les rapprochant notamment de la culture nordique, avec laquelle ils avaient pu rester en contact dans le milieu de la foire de Saint-Germain-des-Prés.

Deux domaines seront privilégiés :

Culture matérielle, monde social

Si plus personne ne croit que les tableaux de « genre » soient des photographies du monde paysan, les Le Nain construisent un remarquable inventaire de la culture matérielle et des pratiques du quotidien du XVIIe siècle, des vêtements à la nourriture, dont l’exploration reste à faire et le sens à déterminer. De même, ils donnent une vision des relations familiales ou sociales, urbaines ou rurales, qui reste à analyser.

Neil MacGregor avait proposé de voir dans leurs représentations des paysans un écho d’une nouvelle bourgeoisie terrienne ; Jean-Pierre Cuzin s’était justement interrogé sur la population figurée dans certains portraits de groupes, suggérant d’y voir des enfants de la bourgeoisie urbaine placée dans des familles rurales. De telles approches méritent d’être reprises ou poursuivies.

Culture symbolique, monde savant

De nombreux chercheurs acceptent maintenant de voir dans le Repas de paysans (anciennement appelé « les Buveurs »!) un acte urbain de charité avec une allusion à la Cène d’Emmaüs. Mais par quel processus mental cette lectura difficilior était-elle possible au XVIIe siècle ? De même, si L’Allégorie du Louvre n’a pas toujours trouvé son vrai titre, est-ce parce que les Nain ne maitrisaient pas les codes de l’allégorie ou parce qu’au contraire ils en fabriquaient ?

Du buste antique posé dans L’Atelier aux multiples citations dans le Bacchus et Ariane, les Le Nain ne sont-ils pas, dans leur scènes de genre comme dans les tableaux d’histoire, des peintres jouant avec une culture savante ?

Dans un colloque qui veut décloisonner les approches, il est difficile de ne pas garder, à ce stade, une section ouverte, pour susciter d’autres approches, de l’interprétation des tableaux à l’élaboration du corpus. Mais seront privilégiées les propositions qui se concentrent sur l’œuvre des Le Nain.

Ces journées d’études auront lieu le vendredi 5 et samedi 6 mai ; elles seront publiées (selon des modalités encore à définir, une édition en ligne est probable). Les organisateurs prennent en charge les frais de transport (à l’intérieur de l’Europe), et d’hébergement pendant les deux jours.

Les personnes souhaitant y participer sont invitées à envoyer une proposition de communication en 400-500 mots et un CV en une page avant le 15 février 2017 à Fabien Dufoulon (fabien.dufoulon@louvrelens.fr). Elles recevront une réponse au début du mois de mars. Afin de faciliter les échanges, il sera nécessaire de pouvoir envoyer le texte de sa communication le 1er mai aux organisateurs et animateurs de séance. Ces journées sont conçues comme un atelier d’échange et de discussion plus que comme une succession de communications.

Ces journées d’études sont organisées par le Musée du Louvre-Lens en association avec trois laboratoires de recherche d’horizon intellectuel différent, témoignage de sa volonté d’interdisciplinarité : le Centre Georges Chevrier (CNRS/Université de Bourgogne, Dijon), le Group for Early Modern Cultural Analysis (Université catholique de Louvain), l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion (CNRS/Université de Lille).

Comité scientifique : Olivier Bonfait (CGC), Ralph Dekoninck (GEMCA), Gaëtane Maës (IRHiS), Nicolas Milovanovic (Musée du Louvre, commissaire de l’exposition), Luc Piralla (Musée du Louvre- Lens, commissaire de l’exposition).


Vous aimerez aussi...