Archives historiques de la société Casino

Signature de la convention de dépôt des archives historiques de la société Casino aux Archives municipales de Saint-Étienne.

Longtemps conservées au sein de l’entreprise, ces archives ne sont pas inédites pour la recherche historique, grâce aux travaux de Michelle Zancarini-Fournel. Le dépôt doit cependant permettre de classer et d’inventorier un fonds d’une longueur de près de 200 mètres linéaires, et d’en faciliter la consultation. Parmi les documents versés se trouvent notamment les procès-verbaux des réunions du conseil d’administration et des assemblées générales de la société, de nombreux albums photographiques, une importante collection de catalogues et celle du journal interne de l’entreprise.

Le classement doit démarrer durant cette fin d’année 2016. Un premier inventaire partiel devrait être prêt pendant le second semestre 2017. L’accès aux fonds sera soumis à l’autorisation du déposant. Il sera possible, dans un premier temps, de consulter les documents relatifs à la période comprise de la fondation de l’entreprise en 1898 jusqu’aux années 1960.

Les archives historiques Casino proposent un matériau susceptible d’intéresser les chercheurs spécialistes d’histoire économique – à travers les questions relatives à la (grande) distribution et à la consommation, en abordant également l’organisation du succursalisme ou l’approvisionnement des magasins – ainsi que ceux travaillant sur des thématiques liées à l’organisation du travail, tant industriel que commercial, ou à la gestion du personnel, à travers le paternalisme maison et l’emploi d’une main-d’œuvre fortement féminisée.

Il est d’ores et déjà envisagé l’organisation d’expositions (Archives municipales de Saint-Étienne en 2017, Musée d’art et d’industrie de Saint-Étienne en 2019), et peut-être d’un colloque scientifique pour 2018, date anniversaire des 120 ans de la maison Guichard-Perrachon.

Le dépôt des archives historiques Casino vient ainsi compléter utilement le fonds des archives Manufrance (et de la SCOPD Manufrance), classées quant à elles par les Archives départementales de la Loire et librement communicables, bien que l’inventaire réalisé ne soit pas encore mis à la disposition du public pour d’obscures raisons juridiques.


Vous aimerez aussi...