Appel à communication — « Frontières, territoires de santé et réseaux de soins »

Dates clés à retenir
Les propositions de session sont à envoyer au plus tard le lundi 16 janvier 2017
Les propositions de communication sont à envoyer au plus tard le mardi 28 février 2017
– La réponse par le Comité Scientifique sera envoyée le vendredi 31 mars 2017
– Les inscriptions au colloque prendront fin le mardi 2 mai 2017Contact pour les sessions et communications : francois.moulle@univ-artois.fr Contact pour les inscriptions : sophie.declerck@univ-artois.fr
Informations au fil de l’eau à propos du colloque sur : http://ifd.hypotheses.org

Appel à communication pour le Colloque international Frontières, territoires de santé et réseaux de soins
1er et 2 juin 2017, Arras – Campus Universitaire

En 2007, l’Université d’Artois organisait un colloque intitulé Frontières et santé – Genèses et maillages des réseaux transfrontaliers (Moullé, Duhamel, 2010). Cette manifestation qui croisait deux champs qui étaient rarement associés avait dressé un tableau de la situation en Europe et dans quelques régions du monde. A l’extérieur de l’Europe, les questions majeures étaient celles de la diffusion des pandémies, des difficultés d’accès aux soins en cas d’asymétrie dans la couverture médicale de part et d’autre de la frontière, de l’essor d’un tourisme de santé accéléré par le développement du transport aérien. Au sein de l’Union Européenne, les communications présentées ont permis de discuter des questions de compatibilité entre les systèmes nationaux de santé, entre l’offre de santé et les demandes des citoyens, et d’étudier l’impact de la libre circulation et de l’ouverture des frontières sur les services et les équipements médicaux et sociaux, à la fois à l’échelle européenne et dans des cadres transfrontaliers.

Dix ans plus tard, une nouvelle rencontre scientifique est envisagée. En effet, le sujet, auparavant marginal, se trouve à présent au cœur de l’actualité : il préoccupe les organisations et les acteurs du secteur de la santé tout autant que les opérateurs du transfrontalier et les institutions européennes. La production scientifique est, pour l’instant, relativement hétérogène.

L’accès aux soins est de plus en plus étudié selon une approche territorialisée ou réticulaire mais encore assez peu dans une perspective transfrontalière. La question de l’organisation des acteurs, de leur ancrage territorial et de l’impact de la frontière sur les processus décisionnels et les actions en matière de santé n’est pas assez prise en compte.

Aborder la question de la santé par le prisme de la frontière permet de mieux comprendre les logiques d’opportunité (Sohn, 2012) et les freins à la construction de coopérations. Depuis 1998, l’Union européenne permet aux patients de consulter un professionnel de la santé dans tout Etat-membre, et d’être pris en charge par leur système national de santé. Mais cette disposition ne s’applique pas aux hospitalisations où une autorisation préalable reste nécessaire. La liberté de choix dont bénéficient les travailleurs frontaliers pour les équipements ne concerne cependant pas les autres citoyens vivant dans les zones frontalières. L’accès aux soins n’est pas encore une réalité quotidienne dans les espaces transfrontaliers en dépit de la liberté de circulation, à l’exception des domaines de secours d’urgence où, depuis 2007, le principe de l’efficacité de l’intervention a été instauré afin de sauver le plus rapidement possible des vies. A côté de ces difficultés, de nombreuses innovations ont été réalisées en matière de connexion et de complémentarité de réseaux de soins : création de Zones Organisées d’Accès aux Soins Transfrontaliers (ZOAST) ou construction de l’hôpital transfrontalier de Cerdagne, entre France et Espagne, inauguré en 2014.

Les interrogations portent certes sur l’Europe occidentale mais également sur des expériences menées sur les dyades dans l’ensemble de l’Europe, notamment dans les parties orientales, ainsi qu’ailleurs dans le monde. Les questions de l’organisation réticulaire ou spatiale des opérateurs de santé, de l’ancrage territorial – infranational ou transfrontalier – des services et des opérations médico-sociales méritent tout particulièrement l’attention. De fait la comparaison avec d’autres exemples à l’échelle mondiale pourra enrichir la réflexion générale.

La manifestation est envisagée dans un cadre multiscalaire (local, régional, transfrontalier) et pluridisciplinaire : les approches géographiques, sociologiques, historiques, économiques, médicales, anthropologiques, et de sciences politiques sont les bienvenues.

Plusieurs pistes sont ainsi proposées :

  • Quels types de projets socio-sanitaires sont instaurés et quels en sont les effets spatiaux ?
  • Quelles formes de gouvernance territoriale ou transfrontalière sont mises en place en matière de santé? Quelles régulations, quels partenariats ont émergé ?
  • L’accès aux soins en Europe fait-elle partie de la vie quotidienne transfrontalière en 2017 ? En dépit des logiques d’intégration, de nouveaux freins n’apparaissent-ils pas ? Autrement dit, La question de la santé participe-t-elle au savoir vivre ensemble territorial, au savoir vivre ensemble transfrontalier ?
  • Comment les systèmes de sécurité sociale coopèrent-ils entre pays, entre régions ?
  • Comment les différents temps de la vie sont-ils pris en compte dans les projets de coopérations territoriales voire transfrontalières ?
  • Les acteurs de santé localisés dans les espaces frontaliers développent-ils des stratégies spécifiques par rapport aux territoires nationaux voisins ?

Comité Scientifique

  • Dr. Sophie Baudet-Michel, Université Paris-Diderot, UMR Géographie-Cités,
  • Dr. Audrey Bochaton, Université Paris-Ouest-La Défense, France
  • Pr. Martine Camiade, Université de Perpignan Via Domitia, France
  • Pr. Cécile Carra, Université d’Artois, France
  • Olivier Denert, Mission Opérationnelle Transfrontalière, France
  • Dr. Sabine Duhamel, Université du Littoral Côte d’Opale, France
  • Dr. Frédéric Durand, LISER, Luxembourg (BR en cours)
  • Pr. Antoni Dura i Guimera, Universitat Autònoma de Barcelona, Espagne
  • Pr. Fabienne Leloup, Université Catholique de Louvain, Belgique
  • Henri Lewalle, Observatoire Franco-Belge de la Santé
  • Dr. François Moullé, Université d’Artois
  • Pr. Bernard Reitel, Université d’Artois,
  • Pr. Béatrice Touchelay, Université de Lille, France
  • Dr. Alain Vaguet, Université de Rouen, France
  • Pr. Martin Van der Velde, University of Nijmegen, Pays-Bas

Comité d’Organisation

  • Dr. Sylvie Considère, Espe Lille Nord de France
  • Dr. Sabine Duhamel, Université du Littoral, Côté d’Opale
  • Yannick Yeptiep Siohdjie, Université Catholique de Louvain
  • Dr. Nicolas Lebrun, Université d’Artois
  • Pr. Fabienne Leloup, Université Catholique de Louvain
  • Dr. François Moullé, Université d’Artois
  • Dr. Pierre Tilly, Université Catholique de Louvain

Vous aimerez aussi...