Séminaire 2016-2017— « Master EGS – Le continuum Sécurité-Défense mis en perspective »

1_masterle mercredi 17 h – 19 h, Campus Pont de Bois – Salle de séminaire de l’IRHiS (Bâtiment A – salle A1 – 152)

Janvier-Avril -> Séminaire de recherche 2016-2017 – Master Études sur la Guerre et la Sécurité, « Guerre, Paix et Sécurité dans le monde du Moyen Âge à nos jours »

Le continuum Sécurité-Défense mis en perspective

PROGRAMME

JANVIER – AVRIL 2017

Des forces de l’ordre à l’interface sécurité-défense

18 janvier    Policing, Order Maintenance and Security in nineteenth-century in Buenos Aeres, D. Galeano, Pontificia Universidade Catolica do Rio de Janeiro

25 janvier      Les Compagnies républicaines de Sécurité, C. Moreau de Bellaing, École normale supérieure

1er février      Le continuum sécurité-défense dans les espaces coloniaux, I. Surun, IRHiS, Université de Lille-SHS

8 février         La Gendarmerie au Kosovo, CEN D. Cachat – Groupement Gendarmerie Nord/ops

15 février       La lutte contre la cybercriminalité, GDA (2S) Watin Augouard, Centre de recherche de l’École des officiers de la Gendarmerie nationale

Diversité et hybridations des modèles d’organisation

1er mars      La réserve opérationnelle, GDI H. Trégou (CFT-ops) et CRC1 J. Bédéneau (CFT-soutien), en partenariat avec le Commandement des Forces Terrestres

8 mars         Les systèmes policiers en Europe et leur articulation avec les forces militaires (18e-19e siècles), V. Denis, Paris I

15 mars       Le continuum sécurité-défense au prisme du temps long de la tradition républicaine française, P. Vial, Service historique de la Défense

29 mars       Guerre et sécurité dans les pays arabes depuis la création des États modernes (Moyen-Orient, Golfe, Maghreb), L. Franjié, Cecille, Université de Lille-SHS

5 avril          La Zone de défense et de sécurité Nord, (EMIA ZDS – à confirmer)

26 avril        Conclusion générale

L’actualité récente oblige à s’interroger sur l’articulation entre la sécurité et la défense. Depuis la réflexion pionnière de Guibert (De la force publique considérée dans tous ses rapports, 1790), une distinction entre la sécurité intérieure du territoire national confiée à la police et la défense extérieure confiée à l’armée s’est imposée comme un fondement politique de l’État-nation et des sociétés libérales occidentales, pendant deux siècles. Cette distinction conditionne des régimes juridiques distincts, des modes d’organisation et d’emploi différents, des terrains particuliers et des matériels spécifiques.

Depuis la fin du xxe siècle, le nouveau contexte sécuritaire et conflictuel est venu brouiller les repères fondés sur cette distinction entre le « dedans » et le « dehors ». La mondialisation libérale des flux et la dématérialisation des activités via les NTIC affaiblissent la notion même d’État et ignorent les frontières. Au sein même des États, les enjeux sécuritaires s’hybrident entre missions exercées par les institutions publiques, et le processus de privatisation de missions régaliennes, tant dans les champs militaires que policiers. Les champs d’intervention respectifs des polices et des armées s’hybrident et de multiples questions se posent sur le nouveau continuum entre sécurité et défense.

La menace terroriste est particulièrement emblématique de cette hybridation des champs militaire et sécuritaire. Elle frappe en effet autant le territoire national que les intérêts nationaux à l’étranger. Elle cible les civils tout autant que les policiers ou les militaires. Ses modes de justification, d’organisation et de financement se situent à la croisée de la criminalité organisée et des réseaux clandestins de lutte armée. Les actions terroristes sont, pour partie seulement, impulsées de l’étranger mais regroupent ressortissants nationaux et étrangers. Tout en inscrivant leur action dans une perspective transnationale, les organisations terroristes s’appuient dans certains cas sur des territoires qu’elles contrôlent ou reçoivent le soutien d’États complices.

Disposant de systèmes sécuritaires et de défense pluriels, les États font donc face à des menaces hybrides qui brouillent en partie les frontières juridiques, organisationnelles, techniques et opératives entre les forces de sécurité intérieure et les armées. La question de la hiérarchie des normes, de l’interopérabilité et de la territorialisation des modes d’action policiers et militaires est devenue aujourd’hui un enjeu politique et sécuritaire majeur.

L’historicisation du continuum sécurité-défense sur le temps long, proposée dans ce séminaire, permettra de s’interroger à la fois sur la création, la formalisation et la remise en cause de cette distinction entre sécurité et défense, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Le séminaire croisera les réflexions des chercheurs en sciences sociales et les témoignages des praticiens, pour le terrain français mais aussi dans une perspective européenne. Les solutions fonctionnelles mises en œuvre dans des espaces et des temporalités variés permettront de confronter les débats actuels au riche répertoire des expériences passées. Sans prétendre à l’exhaustivité, on interrogera les racines et les mutations du continuum sécurité-défense autour de quelques enjeux transversaux et structurants : hiérarchie des normes, cadre administratif, système de légitimité socio-politique, régime juridique, impact du milieu physique et du cadre technologique. On mettra également l’accent sur les modalités humaines et organisationnelles du continuum sécurité-défense passé et présent.

SEPTEMBRE – DÉCEMBRE 2016

14 septembre        Introduction générale

              Économie des normes et systèmes de valeurs

21 septembre    D’hier à aujourd’hui : « De la force publique considérée tous ses rapports » de A. de Guibert

28 septembre      C. Denys (IRHiS, Lille-SHS), La « mainforte » et la « sûreté », catégories pratiques de la coopération police-armée à l’époque moderne

5 octobre            H. Leuwers (IRHiS, Lille-SHS), A. Renglet (Namur, Lille-SHS), La théorisation de l’état d’exception pendant la Révolution française

12 octobre          Intervenant de la Marine nationale (sous réserve), Articuler défense et sécurité dans les espaces maritimes et littoraux aujourd’hui

19 octobre            L. Fekkar (Juge de l’application des peines au TGI de Boulogne-sur-mer, délégué régional de l’Union syndicale des magistrats), L’enjeu du respect des libertés en France aujourdhui à l’aune du continuum sécurité-défense

              Territoires de la défense et de la sécurité

26 octobre        B. Schnerb (IRHiS, Lille-SHS), Bonne guerre ou brigandage ? L’affaire du château de Beynes (1417-1495)

9 novembre        C. Denys (IRHiS, Lille-SHS), L’organisation territoriale des polices sous l’Ancien Régime

16 novembre       J.-N. Luc (Paris IV-Sorbonne), Gendarmerie et maintien de l’ordre au xixe siècle

23 novembre      P. Canivez (STL, Lille-SHS), Enjeux éthiques du continuum sécurité-défense : le regard du philosophe

30 novembre  Ph. Patisson (Commissaire du CCPD), Sécurité et ordre public dans une région transfrontalière : l’exemple du Centre de coopération policière et douanière de Tournai

7 décembre          I. Surun (IRHiS, Lille-SHS), Le continuum sécurité-défense dans les espaces coloniaux


Vous aimerez aussi...