Séminaire du programme ALGOS — « Mathématiques et statistiques. Un rapport difficile au 20e siècle en Chine »

Vendredi 30 septembre 2016 de 9h30 à 12h30, salle de visioconférence du laboratoire Paul Painlevé, UMR 8524 – Université Lille 1 Cité Scientifique. Bât. M2 & M3, Villeneuve d’Ascq. Métro « Cité scientifique » ou « 4 Cantons ».

Mathématiques et statistiques. Un rapport difficile au 20e siècle en Chine

par Andrea BRÉARD, Cluster of Excellence Asia and Europe in a Global Context, Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg | Laboratoire Paul Painlevé – UMR CNRS 8524 – Université Lille 1

À la fin de la période impériale en Chine, les sciences comme les statistiques faisaient partie des ‘savoirs concrets/solides/réels’ (shixue 實學), comme outils essentiels du pouvoir politique, mais les mathématiques n’étaient pas encore une discipline avant le début du 20e siècle. Les notions des mathématiques pures ou appliquées, comme des statistiques mathématiques ou sociales, commencèrent à émerger seulement dans les années 1930, quand une réflexion sur la dichotomie des deux approches fut liée à une distinction méthodologique en termes de rigueur logique et de précision et non plus à une distinction entre ‘principes fondamentaux chinois’ (zhongti 中體) et ‘applications occidentales’ (xiyong 西用). Dans les années 1950 les approches mathématiques des statistiques furent condamnées comme formalistes et bourgeoises, et les grands statisticiens mathématiques comme Jin Guobao 金國寶(1893-1963) par exemple, forcés à l’autocritique de leurs travaux précédents.

discussion par Corine EYRAUD, Laboratoire d’Économie et Sociologie du Travail (LEST), Aix-Marseille Université

Contacts/Organisation : Émilien Ruiz (emilien.ruiz@univ-lille3.fr) & Béatrice Touchelay (beatrice.touchelay@univ-lille3.fr)


Vous aimerez aussi...