Appel à communication — « Romes nouvelles de l’époque moderne »

Appel à communications

Colloque sur les Romes nouvelles de l’époque moderne, que Martin Wrede et Gilles Montegre organisent à l’université de Grenoble-Alpes les 26 et 27 avril 2017.

Tout au long de l’époque moderne ? et encore au delà ? l’antiquité romaine n’a cessé de marquer les esprits et avec eux les diverses cultures politiques de l’Europe. L’ordre politique de l’espace allemand resta comme on le sait celui du « Saint-Empire romain-germanique », où « Rome était là ou fut l’empereur ». La France, monarchique, fille aînée de l’Église ou encore républicaine, revendiqua également et durablement ses ascendances romaines : lorsque Louis XIV rivalisait avec l’empereur, se brouillait avec le pape, et tendait à se réapproprier le magistère culturel de la ville éternelle ; lorsque le mouvement révolutionnaire cherchait à se conformer au modèle esthétique et civique de l?antique République romaine ; ou encore lorsque Napoléon se drapait dans les habits des Césars en conférant à son empire une solide assise non seulement territoriale, mais aussi spirituelle.

Mais l’empire russe comme l?empire britannique développèrent également des aspirations romaines : dans le premier cas, cela s?explique par la succession revendiquée de Kiew en tant que troisième Rome, dans le second d’abord par le fait que la couronne d?Angleterre était censée être une « couronne impériale », ensuite parce que l’« empire » colonial britannique se cherchait d?augustes prédécesseurs. Sur les vestiges de ce premier empire britannique se construisait à fin de l’époque moderne, outre-Atlantique, une nouvelle Rome bien différente : le « foyer des braves et patrie d’hommes libres ».

Quant à la « deuxième Rome », Constantinople, les revendications ottomanes de l’héritage non seulement des Paléologues, mais de César et d’Auguste, restent à explorer. Enfin la Rome moderne elle-même, ville des papes, foyers des arts et des savoirs, cherchait à asseoir son identité urbaine et universelle en se surimposant à l’antique Rome païenne, comme une riche historiographie l’a récemment démontré. Une telle énumération « linéaire » n’est pas sans poser problème dans la mesure où elle convoque des contextes fort différents et des sources d?inspiration multiples, de nature religieuse, mystique, politique, philosophique ou esthétique. En recourant à ces différents registres, il s’agira donc de s?interroger sur les divers imaginaires de la romanité ? républicain, impérial, civique, chrétien etc. ? qui se trouvent mobilisés, actualisés et mis en concurrence. En ce sens, le colloque cherchera à mesurer et à mettre en confrontation les transferts de la romanité sur les diverses cultures politiques modernes, à l?appui d?un panorama des Romes nouvelles de l?époque moderne, du Saint-Empire jusqu’à Washington en passant par Moscou, Paris, Londres, la Constantinople ottomane ou encore la Rome pontificale elle-même.

Ce colloque, organisé par le LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes) et le LUHCIE (Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe) donnera lieu à la publication d?un volume spécifique. Les propositions de communication peuvent concerner aussi bien l’imaginaire politique de la romanité que ses représentations matérielles et concrètes.

D’une longueur de 4000 signes maximum, en langue française ou anglaise, assorties d’une rapide bio-bibliographie, elles sont à faire parvenir à Martin Wrede (martin.wrede@univ-grenoble-alpes.fr) et Gilles Montègre (gilles.montegre@univ-grenoble-alpes.fr) avant le 30 septembre 2016.


Vous aimerez aussi...