Exposition — « Regards sur la Grande Guerre »

image001Exposition Regards sur la Grande Guerre Maison du Port d’Etaples, 1 Boulevard de l’Impératrice du 8 juillet au 4 septembre 2016

En 1915, la petite ville d’Étaples-sur-Mer, alors peuplée de près de 6 000 habitants, accueille le plus grand camp militaire britannique jamais créé sur un territoire étranger. Un vaste camp d’entraînement et une imposante base sanitaire composée de seize hôpitaux sont en peu de temps aménagés. En 1918, le site atteint des dimensions

considérables et s’étend sur plus de 12 km². On estime qu’environ deux millions d’hommes et de femmes y ont transité.

Aujourd’hui, le cimetière militaire d’Étaples, considéré comme le plus grand du Commonwealth édifié en France, constitue l’un des derniers témoins de la présence britannique dans la ville : 11 436 soldats issus de dix-huit nationalités y sont enterrés, parmi lesquels des Anglais, des Indiens et des Canadiens, des Australiens, des Néo-Zélandais ou des Sud-Africains, mais aussi un travailleur chinois et des prisonniers allemands… Le cimetière d’Étaples figure à ce titre sur la liste des sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre mondiale actuellement proposés à l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco.

À l’occasion des commémorations du centenaire, le Conseil départemental a en conséquence choisi la ville d’Étaples-sur-Mer pour accueillir ces Regards sur la Grande Guerre, regroupant trois expositions consacrées aux répercussions de cette tragédie mondiale pour nos territoires. À travers Bons Baisers du Pas-de-Calais, vous découvrirez ainsi les différentes facettes de l’implication de l’empire britannique dans le conflit, mais aussi ses relations, parfois difficiles, avec les populations locales. En France comme dans les autres pays belligérants, le rôle dévolu aux femmes a été bouleversé par la guerre : à l’image de la romancière anglaise Vera Brittain, alors infirmière, près de 2 500 d’entre elles ont ainsi travaillé au camp d’Étaples, comme ambulancières, mécaniciennes ou dactylographes, et nombreuses sont celles qui y ont perdu la vie. 14-18 Combats de femmes retrace le parcours de ces femmes qui ont toutes joué un rôle indéniable, à proximité ou loin du front. Enfin la dernière exposition veut donner un visage à ces hommes et à ces femmes, civils ou militaires, qui ont vécu ce cataclysme sur notre sol : Une guerre sans clichés, visible autour de la Maison du Port, offre une vision insolite de la Grande Guerre dans le Pas-de-Calais, par le biais de photographies de professionnels comme d’amateurs, dans la zone occupée, comme à l’arrière ou sur le front. Bons Baisers, comme Une guerre sans clichés, ont par ailleurs obtenu la labellisation de la Mission du Centenaire.


Vous aimerez aussi...