Appel à contributions — « Déplacer les frontières du travail »

la revue Tracés. Revue de sciences humaines a lancé son nouvel appel à contributions pour le numéro T32 (parution: juin 2017), susceptible d’intéresser certains d’entre vous. Cet appel à articles est prolongé jusqu’au 10 juin 2016.

​N’hésitez pas à faire suivre cet appel. ​

Le numéro « Déplacer les frontières du travail »  s’interroge sur la récente extension de la catégorie de « travail » qui sert à désigner de plus en plus d’activités humaines jusqu’alors communément comprises par le prisme de la générosité, du partage, de la solidarité, du don, du plaisir, de la création ou de l’engagement. Il ne s’agit pas d’envisager ces activités frontières à partir d’un modèle central – le travail stable et salarié -, mais bien d’interroger ce centre à partir d’activités périphériques ou en voie de reconnaissance. Il s’agit donc de reposer la question de la définition du travail par la marge (Axe 1), d’apprécier les luttes des qualifications qui viennent régulièrement renégocier ses frontières (Axe 2) et enfin d’interroger la possibilité pour les activités humaines d’échapper au travail (Axe 3).Le détail de l’AAC et les modalités de soumission sont disponibles ci-dessous.

Pour toute proposition de contributions, les auteur-e-s peuvent écrire au comité de rédaction de Tracés (redactraces (at) groupes.renater.fr) et/ou les trois coordinateurs et coordinatrices du numéro, Anaïs Albert (anaisalbert(at)yahoo.fr), Clyde Plumauzille (clyde.plumauzille(at)gmail.com) et Sylvain Ville (sylvain.ville(at)laposte.net).

« Déplacer les frontières du travail » – projet du numéro

Les reconfigurations récentes du capitalisme industriel dans les sociétés occidentales ont provoqué des processus croisés de “dé-collectivisation”, de “précarisation” et de “ré-individualisation” du travail (Castel, 1995). Ces métamorphoses de l’organisation du travail ont suscité, dans le champ des sciences humaines et sociales, un mouvement d’extension consistant à qualifier de « travail » un nombre croissant d’activités humaines. Sans prétendre pouvoir en fournir une liste exhaustive – la question du déploiement possible de cette liste étant précisément un des enjeux du numéro –, on peut tout de même mentionner un ensemble d’activités désormais décrites comme relevant du travail, alors qu’elles étaient jusqu’alors communément comprises par le prisme de la générosité, du partage, de la solidarité, du don, du plaisir, de la création ou de l’engagement. Les sciences sociales ont ainsi forgé les catégories de travail domestique (Delphy, 1978), de travail parental (Descoutures, 2010), de travail sexuel et reproductif (Tabet, 2004; Pheterson, 1989), de travail bénévole (Simonet, 2010), militant (Nicourd, 2009) ou associatif (Hély et Simonet, 2008), de travail du consommateur (Dujarier, 2014), de travail créateur (Menger, 2009) ou travail artistique (Freidson, 1986), de travail sportif (Fleuriel et Schotté, 2008), de travail politique (Demazière et Le Lidec, 2014) ou encore récemment les réflexions qui ont émergé autour du « digital labor » (Scholz, 2012 ; Casilli et Cardon, 2015). En partant de toutes ces activités pour lesquelles la qualification de travail fait débat, tant dans l’opinion publique que dans les sciences sociales, ce numéro de la revue Tracés entend explorer la définition du travail en interrogeant les frontières de ce concept et leur récente extension.

Arugmentaire complet ici: http://traces.hypotheses.org/1669

Revue Tracés. Revue de sciences humaines.

Tracés est une revue éditée par ENS Editions, disponible sur Revues.org et Cairn qui publie des numéros thématiques en veillant à faire dialoguer les différentes disciplines des sciences humaines autour d’un thème choisi par le comité de rédaction. Le comité de rédaction anime également un carnet de recherche permettant de prolonger le travail et les interrogations des numéros. Chaque article est évalué par les coordinateurs et coordinatrices, un membre du comité de rédaction et deux évaluatrices ou évaluateurs extérieurs; l’auteur.e se voit communiquer la synthèse de ces lectures ainsi que la décision du comité éditorial.

Vous aimerez aussi...