Journée d’études — « Première Guerre mondiale et migrations »

Image JE 4 fevrier AprileJournée d’études :

Première Guerre mondiale et migrations

organisée par Sylvie Aprile et Torsten Feys

jeudi 4 février 2016

salle de séminaire d’IRHiS (A1.152)

Laboratoire IRHiS-UMR 8529 (Univ. Lille, CNRS), Université de Lille

 

La guerre déplace les populations : ceci relève de l’évidence. Il s’agit tout d’abord du déplacement des soldats, des mobilisés vers les zones de front, des processus d’évacuation (des malades, des blessés, des prisonniers…), des va-et-vient entre les fronts et les arrières. Les civils sont aussi l’objet de migrations proches ou lointaines, contraintes forcées dans des conditions souvent dramatiques. Les sorties de guerre entraînent des mutations de frontières qui sont aussi de puissants facteurs de mobilité. Tous ces phénomènes, même s’ils restent encore à approfondir, ont été déjà largement étudiés par les chercheurs, à des échelles variées, du local au global. Le recours à des soldats et travailleurs venus des mondes coloniaux a élargi les champs d’analyse de ces recherches, incorporant aussi les sociétés coloniales elles-mêmes. Nous voudrions ici interroger d’autres formes de migrations moins visibles, plus volontaires et faire l’hypothèse qu’elles ont comme les migrations forcées fortement recomposées, influées sur les politiques et orientations des circulations migratoires dans l’après-guerre. Nous souhaiterions, au cours d’une première journée d’études exploratoire, faire l’état de l’art et développer un programme de recherches plus vaste étendu aux conflits du XXe et XXIe siècles à partir de trois axes de réflexion.

Échapper à la mobilisation militaire, à la guerre : Il reste semble-t-il beaucoup à faire pour connaître de manière approfondie la situation des déserteurs. Si les sources de la justice militaire, les mouvements pacifistes ont été analysés, les réseaux, les motivations, les circulations des déserteurs entendus comme des trajectoires et des circulations migratoires restent à étudier. Les stratégies d’évitement des civils lorsqu’elles ne sont pas organisées de façon étatique ou régionale sont aussi été peu examinées. Si le retour vers les zones occupées semble la règle, combien sont les déplacés qui ont choisi de s’établir ailleurs ? Comment ont-ils organisé ces nouvelles installations ?

La guerre a aussi entraîné des mouvements nouveaux qu’il faut aussi répertorier. On pense ici aux filières mises en place par les Églises pour évacuer des femmes et enfants de Belgique vers les États-Unis ou au Canada par exemple..

Migrer en temps de guerre : La mobilisation sans précédent durant la 1re Guerre est aussi marquée par maintes entraves (légale, logistique, financière, psychologique, militaire) qui contribuent à l’immobilisation des populations. Néanmoins, contrairement à une idée largement partagée, les mouvements migratoires de temps de paix se poursuivent en temps de guerre, mais subissent évidemment des mutations. Les récents travaux de Per Kristian Sebak et Torsten Feys montrent déjà comment malgré les obstructions les flux transatlantiques de migrations de masse ne cessent pas soudainement, mais se réorientent tout en changeant de composition et d’intensité. Paatent du pointedu vue des compagnies maritimes neutres, ils analysent comment les flux s’adaptent aux changements dans les voies de transports. Au-delà de ces restructurations, de nombreuses sources permettent d’établir que les migrations transatlantiques se maintiennent : la presse américaine publie des offres d’emploi à destination des femmes ouvrières du Nord Pas de Calais, main d’oeuvre qualifiée dans le textile. Les hommes non mobilisés choisissent aussi le monde colonial pour déployer leur activité ( architectes, médecins s’installant et travaillant au Maroc par exemple). Cette analyse permettrait de développer la réflexion sur les migrations d’élites qui constituent aujourd’hui un nouveau terrain de recherche dans l’histoire des migrations internationales.

Les migrations à partir ou vers les pays restés neutres souvent négligés dans les analyses sur le premier conflit mondial offrent également des études de cas particulièrement pertinentes (réorientations des flux migratoires portugais notamment)

– La guerre comme nouveau contrôle et connaissance des migrants : La période du premier conflit mondial est aussi une période de réflexion et de législation sur les migrants et les populations installées à l’étranger. Cet intérêt est déjà marqué dans la France d’avant-guerre par la mise en œuvre d’une grande enquête sur les français à l’étranger qui est publiée en 1915. Les consulats sont confrontés en 1914 a une mission à laquelle ils ne sont pas préparés : comptabiliser les mobilisés, régulariser la situation des déserteurs. Une intense activité d’information se développe marquée par la publication d’un bulletin des Français à l’étranger. A quel point la politique d’émigration devient-elle une nouvelle préoccupation de l’état en comparaison a la politique d’immigration? La situation française doit d’être comparée à celle des autres pays impliqués dans le conflit , La comparaison pourra aussi enrichir une analyse entre les circulations dans les Empires et hors Empires. Les registres des consulats concernant les morts pour la patrie, les livres d’or et monuments sont aussi une source documentaire inexploitée pour construire une géographie des migrations.

Programme

9 h 30           Introduction

Président de session : Torsten Feys

9 h 45    Torsten Feys (UGent/VUB), Travelling in perilous waters: Transatlantic passenger traffic under the neutral flag during WWI

10 h 15   Michael Amara (Archives Générale du Royaume Belge), Les Belges en mouvement durant la Première Guerre mondiale

10 h 45   Arnaud Charon (Université Libre Bruxelles), Les déportations de la population belge au cours de la Première guerre mondiale

11 h 15            Pause-café

11 h 30    Victor Pereira (Université de Pau), Les Portugais en France (1914-1918)

12 h 00    Natacha Lillo (Université Paris Diderot), Les Espagnols , les migrations et la Première Guerre Mondiale

12 h 30           Lunch

14 h 00                          Présidente de session Sylvie Aprile

Atelier : Sources et pistes de recherche
Sylvie Aprile (IRHiS-Lille 3), Torsten Feys (UG/VUB), Michael Amara (AGR/ULB), Arnaud Charon (ULB/AGR), Laurent Dornel (Univ. Pau), Emmanuelle Cronier (Univ. Amiens), Natacha Lillo (Univ. Paris-Diderot), Elise Julien (IRHiS-Lille 3), Jan Naert (Univ. Gent), Victor Pereira (Univ. Pau)

16 h 00           Conclusion


Vous aimerez aussi...