Séminaire Histoire des sciences, Histoire de l’innovation

le jeudi 4 février à 17h00; dans la salle de conférence de l’Institut des sciences de la communication (ISCC) [20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13°, M° Gobelins]

dans le cadre du séminaire Histoire des sciences, Histoire de l’innovation (Université Paris Sorbonne, UPMC, LabEx EHNE)

Jean-François Dunyach, Université Paris-Sorbonne, interviendra sur

William Playfair (1759-1823), le chiffre et la forme. Petite histoire de la naissance et de la diffusion des représentations statistiques (c. 1780 – c.1820)
 

Résumé : Père des représentations statistiques contemporaines, que ce soit le diagramme linéaire,  l’histogramme ou le figuré circulaire (le fameux « camembert »), l’Écossais William Playfair (1759-1823), offre un remarquable exemple de l’action insoupçonnée, mais parfois décisive, de certains agents apparemment secondaires dans la constitution de la science officielle et les transferts intellectuels en Europe à la fin du XVIIIe siècle.

Cette communication se propose d’aborder certaines des modalités de la constitution de cette branche de la statistique, entre Grande-Bretagne et France, qui mettent en œuvre tout l’éventail des réseaux, clientèles et patronages de la science à la fin de XVIIIe siècle. Outre les conditions de l’élaboration de ces représentations, nous nous proposons de faire un état de la statistique, notamment en Grande-Bretagne, à la fin du XVIIIe siècle, et comment le principe de la représentation graphique de celle-ci a éclos. Notre réflexion portera notamment, à travers l’analyse de certaines structures de sociabilité (cercles, sociétés, clubs, etc.), sur les relations entre les différents « niveaux » des Lumières de part et d’autre de la Manche, depuis les « hautes » Lumières censées régir les institutions destinées à la formation des savoirs, jusqu’aux figures longtemps jugées mineures, leurs réseaux et leurs modalités d’action sur la science « officielle » de l’époque.

La figure de Playfair, constamment à la marge de ces différents cercles de part et d’autre de la Manche, permettra d’articuler la réflexion entre domaine britannique et continental, occasion d’un retour sur les formes sociales de la réception de l’innovation scientifique à la charnière de la Révolution française.

Prochaines séances:

11 février, Marc Gigase, (UNIL Université de Lausanne)
Transports et système touristique dans l’Arc lémanique (Suisse): synergies, innovations et revers au cœur d’une « success story » (1852-1914).

18 février, Florian Schmaltz, (Max Planck Institute for the History of Science)
Aeronautical Research in France during Nazi Occupation (1940-44).

10 mars, Olivier Darrigol, (SPHERE/CNRS/Université Denis Diderot)
Nécessité et contingence des théories physiques.

17 mars, Roberto Cantoni, (IFRIS/LATTS)
De l’Iran à l’Algérie : l’industrie pétrolière française face aux nouveaux équilibres de la Guerre froide.

24 mars, Simone Fari, (Universidad de Granada)
History of telegraphy: actors, institutions, landscapes.

31 mars, Anthony Heywood, (University of Aberdeen)
Climate, Technology, War and Revolution: Winter Weather, Inter-Urban Transport and Tsarist Russia’s War Effort, 1914-1917.

7 avril, Gabriel Galvez-Behar, (IRHiS/Université Lille 3/IUF)
L’innovation, but de guerre : de l’usage stratégique de la propriété industrielle en situation de conflit au XXe siècle.

14 avril, Jon Agar, (University College London)
The politics of Star Wars: Thatcher and the UK and European contexts of the Strategic Defense Initiative.

3 mai (attention séance exceptionnellement  le mardi), Thomas Thwaites, designer
Making a toaster, becoming a goat, policing with bees… Doing design projects about science and technology.

12 mai, Catherine Radtka, (CNES/ISCC)
Mettre en pratique un engouement pour l’espace : les constructions de fusées en amateur dans la France des années 1950-60.


Vous aimerez aussi...