Appel à communications pour les Septièmes Journées d’histoire industrielle — « Communication & entreprises (XIXe–XXIe siècles) »

Appel à communications pour les Septièmes Journées d’histoire industrielle => avant le 30 juin 2016 

Communication & entreprises (XIXe–XXIe siècles)

Mulhouse – Sévenans les 13 et 14 octobre 2016

Le Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques (CRESAT, EA 3436), de l’Université de Haute-Alsace (UHA) et le Laboratoire de recherche sur le changement industriel, technologique et sociétal (IRTES-RECITS, EA 7274), de l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM), organisent depuis 2007 les Journées d’histoire industrielle qui se déroulent sur les deux sites de Mulhouse et de Sévenans. Veuillez trouver ci-joint un appel à communications pour les Septièmes journées d’histoire industrielle qui auront lieu les 13 et 14 octobre 2016 et seront consacrées à Communication & entreprises (XIXe-XXIe siècles).
Progressivement, au cours du XIXe siècle, un certain nombre de patrons pionniers qui cherchent à valoriser leurs réalisations sociales, à imposer un produit ou une innovation dans l’imaginaire collectif ou à lutter contre la concurrence, prennent conscience de la nécessité de communiquer avec « l’extérieur ». A la participation aux Expositions universelles, aux célébrations d’anniversaires, aux cartes postales, aux campagnes d’affichage publicitaire ou à la presse (professionnelle ou de clientèle) viennent s’ajouter, pendant l’entre-deux-guerres, la radio et le cinéma qui, dans un contexte de connaissance accrue des pratiques américaines et de professionnalisation du métier de publicitaire, permettent à André Citroën, Eugène Schueller ou Marcel Bleustein-Blanchet de révolutionner la fonction commerciale. Au cours des Trente Glorieuses, synonymes d’américanisation et d’avènement de la société de consommation, la communication des entreprises est consubstantielle à leur croissance et à leur internationalisation ; elle repose sur des campagnes publicitaires élaborées à partir d’une connaissance de plus en plus fine des consommateurs et sur l’émergence des Public relations qui se professionnalisent. De nouveaux enjeux viennent toutefois complexifier les pratiques : d’une part, la communication environnementale qui, encore rare dans les années 1960, se développe sous des formes variées à partir des années 1970 (visites de sites industriels, presse, messages publicitaires, sponsoring et mécénat…) et, d’autre part, la communication de crise, synonyme d’accélération du temps, d’incertitudes et de rumeurs, censée rassurer les marchés, les consommateurs et les politiques. Au final, les entreprises françaises ont multiplié par 20 leurs dépenses de communication en 40 ans, ces dernières représentant jusqu’à 50 % du chiffre d’affaires dans la mode, le luxe ou la parfumerie. Grâce à la révolution de l’internet et du numérique, de véritables « stratégies globales » élaborées par des professionnels formés dans des écoles spécialisées marient aujourd’hui une communication marketing « multi-supports » censée promouvoir un produit, une marque ou des services auprès des consommateurs, à une communication institutionnelle, discours de l’entreprise sur elle-même, permettant de valoriser son identité et son image auprès de différents publics (banques, actionnaires, pouvoirs publics, clients, presse…). Au besoin, l’histoire d’entreprise est sollicitée.
Loin d’être l’apanage des professionnels du secteur ou des « communicants », ces questions ont déjà suscité l’intérêt des historiens qui, grâce à des monographies d’entreprises,
à des travaux sur l’histoire de la presse d’entreprise, sur la publicité et sur la consommation ont montré la diversité des logiques et des pratiques, en fonction des secteurs ou des produits concernés ainsi que l’évolution des « techniques ». Toutefois, l’évolution historique de la communication, envisagée dans une acception large, pose de nombreuses questions quant aux outils mis en place, aux stratégies, à la temporalité, en fonction des structures de l’entreprise et du secteur d’activité, qu’il s’agisse d’une production à haute valeur ajoutée avec une image positive (luxe, automobile), d’une industrie sensible (pétrole, énergie, chimie), du secteur agro-alimentaire ou de celui de la distribution.
Face à ce besoin de dégager des spécificités claires, de préciser la chronologie et d’établir des comparaisons, les universitaires relevant de diverses spécialités (histoire, info-com, éco-gestion, etc.) comme les professionnels sont invités, à travers des études empiriques de secteurs, d’entreprises publiques ou privées, françaises ou étrangères, d’entrepreneurs ou de créateurs, à s’interroger notamment sur :
– Les stratégies et les temporalités de la communication : au temps long de la construction d’une image et d’une marque au moyen de techniques variées afin de vendre, de susciter le désir ou de construire et fidéliser la clientèle, s’oppose le temps court de la communication de crise ;
– L’image de l’entreprise : autour de quelles valeurs l’entreprise la construit-elle ? L’excellence technique ? la qualité des produits ? la distinction et le bon goût ? Le prix ? La défense du consommateur ? La protection de la nature ? L’identité nationale ?
– La mise en oeuvre de la fonction communication : cette fonction apparait-elle comme centrale ou au contraire périphérique ? Est-elle mise en musique par un service interne ou au externalisée via des agences médias ou évènementielles ? Comment évoluent les budgets ?
– Quels sont les liens avec le cadre juridique, qu’il s’agisse du droit de la concurrence, du droit de la consommation, de la création ou de l’environnement ?

Merci d’envoyer vos propositions et celles de vos doctorants, accompagnées de quelques éléments biographiques et références bibliographiques, sous forme d’un résumé d’une demi-page d’ici le 30 juin 2016 à regis.boulat@uha.fr et laurent.heyberger@utbm.fr

Conseil scientifique : Fabien Bonnet (université de Haute-Alsace), Régis Boulat (université de Haute-Alsace), Jean-Claude Daumas (université de Franche-Comté), Aziza Gril-Mariotte (université de Haute-Alsace), Michel Hau (université de Strasbourg), Laurent Heyberger (université de technologie Belfort-Montbéliard), Pierre Lamard (université de technologie Belfort-Montbéliard), Nicolas Stoskopf (université de Haute-Alsace), Laurent Tissot (Université de Neuchâtel).


Vous aimerez aussi...