Appel à communications — « Transparence(s) »

Appel à communications => avant le 4 avril 2016

Transparence(s)

L’IUT de Sceaux (92) organise chaque année une journée de recherche transdisciplinaire, ouverte à tou.te.s les chercheurs/ses. Cette journée a lieu cette année le jeudi 9 juin 2016 et a pour thème « La transparence ».

 L’IUT de Sceaux organise chaque année une journée de recherche transdisciplinaire autour d’un thème fédérateur. L’objectif d’une telle journée est de permettre à des chercheurs de partager leur manière d’appréhender un concept avec d’autres chercheurs, issus de disciplines sans lien apparent avec la leur. L’expérience montre que ce type de croisement disciplinaire est généralement très fécond et permet d’engager des échanges très stimulants.

L’appartenance disciplinaire n’a pas d’importance ; elle peut relever aussi bien des sciences formelles (chimie, informatique, mathématiques, physique, etc.) ou de la nature (agronomie, biologie, géologie, etc.) que des sciences humaines et sociales (arts, droit, économie, gestion, langues, histoire, etc.). La finalité d’une telle journée est d’ouvrir de nouveaux champs de réflexion pour chacun et de décloisonner les approches méthodologiques et les disciplines scientifiques. L’objectif est de nous donner à penser autrement et différemment nos propres champs de recherche. Tel un laboratoire d’idées, ce moment partagé doit permettre de faire émerger une pluralité de définitions établies, de défricher ensemble de nouveaux possibles, d’interroger nos certitudes et d’élaborer des pistes nouvelles de réflexion. Toutes les contributions sont donc bienvenues avec un seul impératif : rendre accessible ses connaissances pour qu’elle puisse être l’objet de discussions et d’interrogations de la part de chacun, avec la bienveillance indispensable à un échange constructif.

Si vous souhaitez soumettre une communication, vous devez envoyer votre projet (2 pages maximum) à nicolas.praquin@u-psud.fr avant le 4 avril 2016. Vous serez averti avant le 2 mai 2016 si votre communication est retenue ou pas. Votre projet doit notamment comporter l’indication de votre spécialité scientifique, vos coordonnées, votre laboratoire de recherche et votre institution de rattachement.

Si vous souhaitez uniquement assister à la journée, vous devez adresser un mail à nicolas.praquin@u-psud.fr avant le 15 mai 2016. La journée est gratuite mais l’inscription obligatoire.

Le thème de cette année est consacré au concept de transparence(s) (cf. texte ci-dessous).

Texte introductif

Le terme de transparence apparait tardivement dans le vocabulaire français et renvoie, dès l’origine, à ce « caractère de ce qui laisse voir les objets à travers soi » (1380). La transparence effacerait ainsi l’opacité du sujet ou de l’objet et de ce qui le constitue pour en laisser voir la trame, le fonctionnement, l’organisation ou la constitution.

La transparence est souvent considérée comme une qualité : sur 80 articles étudiés par Charron (2004), seuls trois sont critiques à son égard. Elle est considérée comme un outil de contrôle (Perroti et Von Thadden, 2003) ou comme un moyen de s’opposer au secret, à la corruption, aux malversations ou manipulations (Radebaugh et Gray, 2002). La transparence peut aussi être substantielle (recherche d’une vérité unique et univoque) ou procédurale (principe de diffusion de toute l’information). Elle est censée permettre de lutter contre l’opacité des grandes organisations, privées ou publiques, ou des grands systèmes (financiers par exemple).

A l’heure du traitement des big data et de l’information immédiate, la transparence serait garante d’une vie démocratique où les individus, les organisations ou institutions – privées ou publiques – et leurs représentants ne seraient plus en mesure de cacher aux citoyens ordinaires ou, dans un vocabulaire plus académique, à l’ensemble des parties prenantes la façon dont ils agissent, produisent ou transforment le monde.

Ainsi, la notion de transparence renvoie à celles d’une forme de clarté et de limpidité qui ne laisseraient aucune zone d’ombre et donnerait ainsi à voir toute la vérité. La réalité peut-elle se satisfaire de cette utopie ? Evoquer la transparence, n’est-ce pas aussi évoquer la question de ce que l’on doit ou peut rendre visible par rapport à ce qui est invisible ? N’est-elle pas un voile ou un effet d’optique, – à l’instar du glacis en peinture – pour transformer la réalité visible ? La transparence favorise-t-elle la compréhension ou l’obère-t-elle par ce qu’elle masque par ailleurs ? La transparence est-elle possible quand elle est le fait même de ceux qui la produisent ? N’est-elle pas alors sujette à caution et pire que le secret ? La transparence est-elle une qualité morale ou un processus technique ? Est-elle le témoin d’une transformation des relations sociales où elle viendrait en remplacement d’autres concepts (la confiance, l’honnêteté) ou vient-elle simplement enrichir celles-ci ? La transparence est-elle une garantie contre les aléas de la vie ou nous empêche-t-elle de penser nos existences ?

Au-delà de cette courte introduction, la transparence peut prendre de multiples formes et peut donc être abordée sous des angles très variés : technique, critique, philosophique, linguistique, historique, gestionnaire, artistique, juridique, économique, mécanique, mathématique, etc.

Comme dans les journées précédentes, l’enjeu est donc ici de croiser nos regards, d’interroger un concept à partir de nos propres champs disciplinaires et de chercher à en fournir des clés de compréhension. L’objectif de la journée est de sortir d’interroger autrement nos positionnements de recherche habituels à partir des présentations des intervenants et des questions des participants.


Vous aimerez aussi...