La laïcité

Nous avons le grand plaisir de vous annoncer l’intervention de Jacques BOUINEAU, professeur d’histoire du droit à l’Université de La Rochelle, président-fondateur de l’association « Méditerranées » et de Jean BAUBÉROT, directeur d’études émérite à l’EPHE, chaire «histoire et sociologie de la laïcité», groupe Sociétés-religions-laïcités (EPHE – CNRS), à l’occasion de la séance des Débats citoyens, qui se tiendra

aux Archives nationales – Site de Pierrefitte,
en Salle des commissions 1 et 2,
le jeudi 17 décembre 2015
à 16h45

À l’occasion du 110e anniversaire de la loi de 1905, le thème de cette rencontre portera sur La laïcité

Laïcité et espace public, par Jacques Bouineau.
La laïcité n’est-elle concevable qu’en république ? Ne peut-elle se penser avant la modernité ? Est-elle une contre Église ?
Si l’on considère l’histoire sur le long terme, on constate que la dualité de pouvoirs (civils et religieux) remonte aux premiers temps de l’organisation humaine. Elle est présente en Égypte ancienne et dans les civilisations mésopotamiennes. Mais peut-on pour autant assimiler laïcité et pouvoir civil ?
Pour qu’existe la laïcité, il convient en effet de rencontrer un espace public juridiquement défini et une législation qui organise les rapports entre les pouvoirs. Il convient ensuite de distinguer nettement deux domaines : la sphère publique et la sphère privée.
Dans l’histoire de l’Europe moderne, on peut dater l’apparition de l’État (premier espace juridiquement défini) du  XIVe siècle, sous l’influence de Guillaume de Plasians et de Marsile de Padoue. C’est à partir d’extraits de textes de ce dernier auteur que nous commencerons à réfléchir.

Laïcité tranchante, laïcité calme, par Jean Baubérot.
Deux caricatures proposent une vision divergente de la loi de séparation des Églises et de l’État (1905). La première, qui figure dans nombre d’expositions et de couvertures de livres, la présente comme une « opération chirurgicale » où le ministre des cultes, Bienvenu-Martin, tranche le lien qui réunit la République et l’Église catholique. Du sang coule… La seconde, souvent ignorée, met en scène Aristide Briand, rapporteur de la loi, dans son rôle (ainsi l’a-t-on qualifié) de « faiseur de calme » : séparés, la République et l’Église peuvent s’efforcer de « rester bons amis ». La caricature méconnue correspond à la réalité historique. Ce constat suscite une réflexion sur la laïcité en France, et ses différentes représentations, hier et aujourd’hui.
J. Baubérot a publié, en 2015, Les 7 laïcités françaises et (avec R. Diallo) Comment parler de laïcité aux enfants ?

Nous espérons que vous viendrez nombreux.
L’équipe des « Débats citoyens ».


Vous aimerez aussi...