Les marchés de guerre 1914-1918

Le Service des archives économiques et financières vient de publier un mini-site dédié sur le site internet des ministères économiques et financiers portant sur les marchés de guerre passés entre 1914 et 1919 : http://www.economie.gouv.fr/caef-marches-publics-14-18.

Le site internet s’adresse autant aux historiens économistes ou de l’industrie qu’à un plus large public qui s’intéresse à l’histoire industrielle de sa ville ou de son département au début du XXe siècle.

Ce site présente des fonds exceptionnels sur les marchés de guerre (1914 -1918) conservés par le Service des archives économiques et financières (SAEF). Ces fonds sont issus des dossiers examinés par le jury national des marchés de guerre (1933 -1940). Ils apportent des éclairages inédits sur l’activité économique pendant la première guerre mondiale, tant à l’échelle nationale qu’à l’échelle départementale.

Sont concernés tous les marchés passés par les fournisseurs dont le montant global des commandes reçues dépasse les 500 000 Francs.

Définition des marchés de guerre

Sont considérés comme marchés de guerre au sens de l’article 138 de la loi du 31 mai 1933, les marchés passés par l’Etat, les départements, les communes et les établissements publics entre le 1er août 1914 et le 25 octobre 1919, ainsi que ceux concernant la liquidation des stocks, la reconstitution des régions libérées et les opérations liquidatrices des séquestres d’Alsace et de Lorraine réalisées après la guerre.

Rechercher les marchés de guerre du SAEF

Deux types de recherche sont proposées: thématique ou géographique, selon le découpage départemental de l’époque. Il ne s’agit pas d’une base de données, mais d’une présentation des archives existantes. Certains fonds emblématiques sont toutefois consultables en ligne.

Les grands noms de l’industrie française y sont présents : Blériot aéronautique, SCHNEIDER et compagnie, Société MICHELIN E. et Cie, Louis RENAULT, PEUGEOT et Cie, Société des mines de Carmaux, Société lyonnaise des eaux et de l’éclairage, Société chimique des usines du Rhône, Saint Gobain Chauny et Cirey, Manufrance, Champagne Mercier, Moët-et-Chandon, Société des établissements Hutchison, François Meunier, G. Lesueur et des fils, Grands magasins du Louvre, Lefranc et Cie…

Ces 11 000 dossiers permettent une connaissance plus fine du tissu industriel pendant la Première guerre mondiale notamment sur le plan géographique. Ils montrent aussi la diversité et la richesse de l’industrie française de l’époque.

Par ailleurs, quelques marchés de guerre seront présentés à Bercy pour les prochaines Journées européennes du Patrimoine (http://www.economie.gouv.fr/patrimoine/exposition-1914-1918-ministere-des-finances-sur-tous-fronts).


Vous aimerez aussi...