Ateliers d’échanges : « Les subcultures en questions, la parole aux acteurs »

Plusieurs jeunes chercheurs en sciences sociales sont aujourd’hui confrontés à ce que la tradition anglo-saxonne nomme les « subcultures ». Nous entendons par là des groupes sociaux urbains qui se distinguent par des modes spécifiques de penser, de se vêtir, de parler, d’agir et dont le tout, bien qu’opaque, « fait sens » pour leurs protagonistes. C’est à la perception et à l’interprétation de ce « sens » que sont consacrés ces ateliers.  Chacun de ces ateliers sera séquencé en trois temps :

Premièrement, la parole sera donnée aux acteurs. Ils évoqueront brièvement leurs parcours, les motivations qui les ont amenés à s’inscrire dans telle ou telle pratique, les raisons qui les conduisent à maintenir leurs activités, ou, au contraire, à mettre un terme à leur carrière.

Deuxièmement, nous questionnerons les rapports que les acteurs entretiennent avec les productions scientifiques dont ils sont l’objet d’étude. Sur le terrain, nous pouvons ressentir le poids des préjugés vis-à-vis de l’institution universitaire. Des réticences sont parfois formulées lorsque l’on affirme mener une recherche doctorale (« J’suis pas un rat de laboratoire »). Dans une certaine mesure, les chercheurs doivent démontrer leur empathie pour le sujet, le sérieux de la démarche et l’intérêt de la recherche. La marginalité, la transgression voire la subversion qui caractérisent certaines subcultures induisent méfiance ou défiance à l’égard des institutions. L’université n’y échappe pas. Dès lors, comment ces acteurs se représentent-ils le monde académique ? Comment perçoivent-ils les travaux produits à leur endroit ? Y prêtent-ils seulement attention ? Quelles raisons avancent-ils pour expliquer leur coopération ou leur refus de collaboration à une enquête en sciences sociales ?

Ce temps sera également consacré à la position du chercheur qui s’investit dans l’étude de groupes subculturels. Nous engagerons ensemble une réflexion épistémologique et méthodologique quant à la proximité et la mise à distance de nos objets d’études subculturels et aux modalités de pénétration de ces groupes. Nous questionnerons également le degré d’investissement des chercheurs dans les activités qu’ils entendent analyser. Comment gérer la proximité relationnelle avec les acteurs et les pratiques étudiées ? Quels en sont les avantages et les inconvénients ? Qu’est-ce que « se mettre à distance » ? Entre exotisme ethnographique et réhabilitation militante, le champ des positionnements est très large. Les acteurs pourront éclairer les chercheurs sur les postures les plus à même de  favoriser la rencontre avec les pratiquants.

Troisièmement, avant chaque séance, une bibliographie succincte et un article seront transmis aux participants préalablement inscrits. Il s’agira ainsi de nourrir la discussion via ces propositions bibliographiques. Nous prêterons une attention particulière à la réception de ce texte par les participants (chercheurs et acteurs) et aux interprétations qui en sont faites. Quelles en sont les qualités ? Les défauts ? Comment les acteurs réagissent aux articles ? Quelles interprétations en sont faites par les chercheurs ? Quels retours peuvent y apporter les acteurs ?

Trois ateliers de deux heures sont donc proposés.

Les deux premiers seront consacrés aux pratiques de graffiti « vandale ».
Vendredi 5 juin : Le graffiti, jouer avec la ville ?
Vendredi 12 juin : Prends ta ville en main

La troisième séance abordera les éventuelles interactions entre différentes subcultures.
Vendredi 26 juin : Du ring au tifo : la transversalité des parcours

15h-17h : Salle de réunion IRHiS – Lille 3 (Bât. A, A1 162)
Inscriptions obligatoires : ateliersubcult@gmail.com
(sous réserve de places disponibles)

François Brasdefer (doctorant Clersé),
Aurélien Dubuisson (doctorant IRHiS),
Vincent Becquet (doctorant Ceraps)
et Mathieu Monoky (doctorant IRHiS)


Vous aimerez aussi...