Berlin – discontinuités : temporalités, politiques, urbanité

Appel à communications

Une partie de l’histoire du « court XXe siècle » (Hobsbawm, 1994) s’est écrite à et avec Berlin. Capitale de l’empire wilhelmien, la ville est devenue capitale de la République de Weimar puis celle de l’Allemagne national-socialiste. La guerre froide l’a divisé entre les 4 Puissances alliées, puis en deux parties, chacune devenant le modèle de son camp respectif. La fin de la guerre froide a entrainé sa réunification et son rétablissement comme capitale fédérale. Berlin est entrée « dans l’histoire » car des affrontements idéologiques et politiques se sont matérialisés dans l’espace urbain et ont divisé ce dernier : certains événements symboliques des extrêmes qui caractérisent les sociétés européennes du XXe siècle (totalitarisme, guerres, désir de liberté et de paix), s’y sont tenus, ont eu une résonance globale et ont marqué l’organisation du monde. A travers le symbole du Mur, le lieu est devenu à la fois un emblème d’une période particulière de l’histoire (la guerre froide) et d’un ordre géopolitique (la division de l’Europe et du monde). Puis, l’ouverture du Mur de Berlin a signifié tout autant la fin d’une période de l’histoire que la fin d’un rapport de forces entre des composantes idéologiques et politiques. De surcroît, l’Allemagne est désormais un État-membre de l’Union européenne. Les élargissements de 2004 et de 2007 ont contribué à renforcer le rôle de lieu de décision de la capitale fédérale dans la nouvelle Europe du fait de sa situation d’interface entre l’ouest et l’est du continent.

Une analyse du tissu urbain montre qu’aucune autre grande capitale d’État en Europe ne comporte autant de discontinuités spatiales au sein de son espace urbain. La part des espaces libres est certes inhabituelle dans une ville de cette taille, mais surtout leurs situations interrogent l’observateur et le promeneur. Le cœur de la ville, celui qui abrite les monuments les plus prestigieux et les fonctions centrales est parcouru de discontinuités variées qui contrastent avec ce qui « fait ville » : friches, terrains vagues, espaces de résistance et de contestation, chantiers. Les traces du Mur (et notamment l’espace libéré par son démantèlement) donnent l’impression que la marge s’inscrit dans le centre. 25 ans après l’ouverture du Mur, les traces de ce dernier dans l’espace urbain nous rappelle ces héritages. L’hypothèse que nous formulerons cependant est que les discontinuités sont associées à Berlin et y « font corps avec la ville ».

C’est à la fois la dimension signifiante de l’espace urbain et la tournure de certains événements qui a permis à Berlin de devenir un emblème d’un ordre géopolitique et de sa remise en cause : les dimensions spatiales, temporelles et politiques sont donc intimement liées. L’objectif de ce colloque est d’étudier la ville à travers le prisme des discontinuités et dans le même temps de voir en quoi cette ville peut nous aider à comprendre les articulations entre trois dimensions des discontinuités : spatiale, temporelle, politique.

L’objet de cette manifestation est de donner une vision pluridisciplinaire des discontinuités à Berlin, considéré à la fois comme un lieu (de représentation, de pouvoir, etc.), un espace (agglomération urbaine) et un réceptacle et en prenant en compte différentes échelles.

Plusieurs pistes sont ainsi proposées :

D’une part, il s’agit de saisir l’articulation entre les évolutions de l’ordre géopolitique et les temporalités urbaines. Comment s’accordent les rythmes de l’échelle globale avec les temps de la ville ? Quel rôle la ville a-t-elle joué dans l’histoire allemande, européenne, conçues comme une partie de l’histoire globale du XXe siècle ? Quelle place a occupé la ville dans les relations internationales en Europe et dans le monde, et notamment dans le contexte de la Guerre Froide et de la construction européenne ?

D’autre part, on peut s’interroger sur la manière dont les temporalités ont marqué l’espace. Les discontinuités temporelles ont-elles laissé des traces dans l’espace urbain ? Si oui, quelles formes prennent-elles et comment sont-elles perçues et considérées par les acteurs urbains (citoyens, pouvoirs publics, acteurs économiques) ?

En définitive, l’un des objectifs poursuivis serait de déceler ce qui fait continuité dans Berlin, en dépit des ruptures à la fois en termes de pouvoirs, d’espace et d’histoire.

Organisation :
Responsables
Michel-Pierre Chélini (CREHS)
Bernard Reitel (Discontinuités)

Date et lieu : 8-9 octobre 2015, Arras

Une approche multidisciplinaire et interdisciplinaire est préconisée. Le colloque est ouvert aux historiens, aux géographes, aux sociologues, aux politologues, aux anthropologues, aux linguistes, aux sciences de la communication, etc.

Langues du colloque : français, anglais

Une proposition de communication comportera au maximum 3000 caractères et décrira l’objectif de la communication, la méthode et les résultats attendus ainsi que les champs disciplinaires dans lesquels elle s’inscrit. Les textes d’une longueur maximale de 3000 signes, sont attendus pour le 20 mars 2015.

Comité scientifique
. Denis Bocquet, Professeur d’histoire à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Strasbourg (ENSAS)
. Michel-Pierre Chelini, Professeur d’histoire contemporaine, Université d’Artois
Berlin, Institut für Stadt- und Regionalplanung
. Gabrielle Dolff-Bonnekamper, Professeure d’Histoire de l’Art, Institut für Stadt- und Regionalplanung, Technische Universität Berlin
. Emmanuel Droit, Maître de conférences en Histoire contemporaine [Université de Rennes 2] Centre Marc Bloch Berlin
. Étienne François, Professeur d’histoire émérite, Université Paris I, Freie Universität Berlin
. Boris Grésillon, Professeur de géographie, Université Aix-Marseille
. Bernard Reitel, Professeur de géographie, Université d’Artois.
. Christian Schulz, Professeur de géographie, Université du Luxembourg

Propositions (moins de 3,000 caractères)


 

Discontinuities in Berlin: temporalities, policies, urbanity

Call for papers

International conference organized by
Michel-Pierre Chélini, Professor of contemporary History (CREHS)
Bernard Reitel, Professor of political and urban Geography (Discontinuités)

A significant part of “the short 20th century” (Hobsbawm, 1994)’s history was written in and with Berlin. Berlin was successively the capital city of the Wilhelminian Empire, the Weimar Republic and National-Socialist Germany. The “Cold War” divided it into “4 Allied Powers” areas (later reduced to 2 different parts, each of them becoming the showcase of its respective side). The end of the Cold War led to the German reunification and the reinstatement of Berlin as the Federal capital city of reunified Germany. Berlin made history, because ideological and political struggles took place in its urban space and contributed to its division. Many extreme tendencies that characterized European societies during the last century were at the roots of events which happened there (Totalitarism, wars, desire for freedom and peace); in turn, these events had a substantial impact on the world organisation. Through the symbol of “the Wall”, the place became an emblem of both a singular period of history (the “Cold War”) and a geopolitical order (the division of Europe and the World by the Iron Curtain). Furthermore, the “fall of the Berlin Wall” seemed to signify both the end of a period and the end of a balance between different political and ideological powers. Moreover, Germany is now a member-state of the European Union. The enlargements of 2004 and 2007 contributed to reinforce the Federal capital city as a decision-making place in the new “Europe”, due to its location as an interface between the Western and the Eastern part of the continent.

An analysis of the built-up fabric shows that no other state capital city in Europe has so many spatial discontinuities in its urban area. The part of the free spaces is quite unusual in a city of that size, while their location are especially questioning for an observer or a walker. The core of the city (where the prestigious monuments and the central functions are located) is shaped by many discontinuities that stand starkly in contrast with what “makes a place a town”: brownfields, abandoned lands, spaces of resistance and contesting, building sites. The remains of the Wall (especially the space left by its dismantling) give the feeling that the margin has invaded the centre. Twenty-five years after the fall of the Berlin Wall, these imprints in the urban space remind us of this heritage. Our hypothesis is that the discontinuities are really a part of Berlin.

Both the significance of the urban area and the milestone events that happened there made Berlin an emblem of a geopolitical order and its redefinition: the spatial, temporal and political dimensions are indeed intimately bound together. The aim of this conference is twofold: 1/ to analyse the city and the urban area through the prism of discontinuities, and 2/ at the same time to better understand how spatial, temporal, political discontinuities are articulated together.

The purpose of this conference is 1/ to gather multi-disciplinary approaches of the discontinuities in Berlin considered as a place (power, representation), a space (urban area) and a receptacle, and 2/ to involve different scales of understanding.

Several orientations are proposed:

The aim of the conference is to analyze the links between the evolution of the geopolitical order and the urban temporalities. Are the rhythms of the global order congruent with the time of the city? What role did the city play in the German and European histories, as parts of a global history of the 20th century? What importance did it have in the international relations in Europe and the World, especially during the “Cold War” and the European construction’s process?

Otherwise, one can question the way the temporalities influenced the urban space. Did the temporal discontinuities leave any trace in the urban shape? If so, what forms did it take and how did the urban actors (public bodies, citizens, economic actors) perceive them or consider them?

Meanwhile, one could detect what is bringing continuity in Berlin, despite the breaks, in terms of powers, space and history.

Scientific Committee
. Denis Bocquet, Professor of History at the Ecole nationale supérieure d’architecture de Strasbourg (ENSAS)
. Michel-Pierre Chelini, Professor of contemporary history, Université d’Artois
. Berlin, Institut für Stadt- und Regionalplanung
. Gabrielle Dolff-Bonnekamper, Professor of History of Art, Institut für Stadt- und Regionalplanung, Technische Universität Berlin
. Emmanuel Droit, Maître de conférences en Histoire contemporaine [Université de Rennes 2] Centre Marc Bloch Berlin
. Étienne François, Professor of contemporary history (Emeritus), Université Paris I, Freie Universität Berlin
. Boris Grésillon, Professor of Geography, Université Aix-Marseille
. Bernard Reitel, Professor of Geography, Université d’Artois.
. Christian Schulz, Professor of Geography, Université du Luxembourg

Organization
Responsables
Michel-Pierre Chélini, Professor of contemporary History (CREHS), michel-pierre.chelini@univ-artois.fr
Bernard Reitel, Professor of Geography (Discontinuités), bernard.reitel@univ-artois.fr

Date and place: October 2015, 8-9, Arras (France)

The organizers encourage multi-disciplinary and interdisciplinary approaches. The conference is open to several fields of social and human sciences: History, Geography, Sociology, Political Sciences, Anthropology, Economics, Linguistic, Communication Sciences, etc.

Language of the presentations: French or English

The proposal should contain less than 3,000 characters and will describe the purpose of the communication, the methods, the results and the main disciplinary fields which are concerned.

Deadline: 20th of March 2015

Discontinuities in Berlin: temporalities, policies, urbanity

Proposal (less than 3,000 characters)


Vous aimerez aussi...