La monnaie en Flandre et dans le Nord

Capture d’écran 2014-12-18 à 09.16.57Revue du Nord, tome 96, n° 406, juillet-septembre 2014

La monnaie en Flandre et dans le Nord (XVIIe-XIXe siècle)
textes réunis par J. Jambu et M. de Oliveira

Bon de Commande

J. Jambu et M. de Oliveira : Avant-propos et bibliographie
J. Jambu : La circulation monétaire en Flandre wallonne au lendemain de sa conquête par Louis XIV
Ch. Charlet : Le monnayage de Louis XIV spécifique à la Flandre française (1685-1705). Catalogue raisonné des espèces frappées
A. Clairand : Le collège des monnayeurs, ajusteurs et tailleresses de la Monnaie de Lille (1686-1790)
J. Seneca : La répression de la fraude monétaire par le Comité de surveillance lillois (mars 1793-octobre 1795)
M. de Oliveira : Monnaies et circulation monétaire dans le département du Nord à la chute de l’Empire
J.-L. Mastin : La force d’une illusion. La Monnaie de Lille et l’autonomie de la place lilloise au premier XIXe siècle

Dans un premier temps, Jérôme Jambu présente la situation monétaire au moment où la Flandre entre dans le giron français, après sa conquête par Louis XIV en 1668. Si les aspects militaires, économiques, sociétaux, religieux, pour ne citer que les principaux, produits par l’arrivée des Français ont été étudiés, force est de constater que la monnaie avait été jusque là oubliée. Quelles sont les espèces qui circulent, dans quelles conditions, avec quelles contraintes et à quel cours ? Quel est le programme du roi et de son ministre Colbert pour l’améliorer la circulation monétaire et la « franciser » ? Face à quelles oppositions locales ? On apprend ainsi que l’or espagnol est réservé par Louvois pour ses troupes, que l’argent hollandais envahit les bourses et que les autorités françaises naviguent dans un premier temps à vue, prévoyant sans doute assez tôt de disposer de suffisamment de numéraire de qualité à proximité du futur théâtre d’opération de la guerre de Hollande.

Christian Charlet offre ensuite le premier catalogue complet des espèces dite « de Flandre » produites par la monarchie à partir de 1685 et réservées à cet espace. Œuvre de numismatique mais aussi, plus largement, de culture matérielle, issue de dizaines d’années de recherche et d’observations dans les grandes collections publiques et privées, il met à la disposition des historiens une nomenclature claire et précise, incluant et expliquant chacune des variétés de ce monnayage si particulier et esthétique.Arnaud Clairand s’intéresse quant à lui au collège des monnayeurs, ajusteurs et tailleresses de la Monnaie de Lille, de son ouverture en 1685 à la fin de son fonctionnement sous le système d’Ancien Régime en 1791. Alors que ses devanciers s’étaient toujours intéressés aux officiers supérieurs (directeurs, juges-gardes, graveurs…), aucun n’avait encore jeté son regard sur ceux qui, dans la pratique, fabriquaient les espèces. Corps complexe, jaloux de ses privilèges, fier de son statut mais souvent absentéiste, travaillant avec plus ou moins de sérieux, incontestablement d’origine locale, accueillant des femmes et fondant de véritables dynasties dont certaines feront l’histoire de Lille, il est ici révélé dans tous ses aspects.

De manière originale, Justine Seneca dresse un tableau de la fraude monétaire sous la Révolution et particulièrement au temps de la Terreur, sur la foi des procès-verbaux du Comité de surveillance lillois. Fausse monnaie, faux assignats, exportation illégale d’espèces monétaires, thésaurisation interdite sont les crimes et délits auxquels s’essayent certains citoyens, défiant ainsi les nouvelles règles et autorités.

Matthieu de Oliveira s’attache pour sa part à peindre le tableau de la circulation monétaire dans le département du Nord au lendemain de la chute de l’Empire. Alors que des armées étrangères occupent l’espace sans trop de difficultés, celles-ci véhiculent des espèces, pas toujours de très bonne qualité, provenant de leurs États et imposent leur usage aux populations locales. C’est dès lors une sorte de régime dérogatoire qui est mis en place, les autorités devant user de compromis. Parallèlement, elles doivent composer avec l’arrivée de fausses espèces, notamment des pièces de 20 F or produites à Londres pour le Bourbon de retour.

Enfin, Jean-Luc Mastin examine en détail la place et le rôle de la Monnaie de Lille au cours du premier XIXe siècle. Établissement à la fois public et privé, à la croisée de l’industrie (via la production de monnaie) et des services (de par son action financière), elle s’affirme comme le premier atelier monétaire de province puis de la France entière, sous la protection des Rothschild. Jugée indispensable à l’autonomie financière de la place lilloise, elle se transforme en établissement bancaire, sans toutefois parvenir à pouvoir aux besoins de cette dernière et échoue dans sa tentative de réguler le marché de l’argent.


Vous aimerez aussi...