Revisiter l’histoire du decennio francese, 1806-1815

Le royaume de Naples à l’heure française.

Revisiter l’histoire du decennio francese, 1806-1815

Colloque international
Lille, 14-16 octobre 2015

APPEL À COMMUNICATIONS

L’Empire napoléonien n’a pas laissé qu’un héritage de guerres et de batailles. Dans les territoires conquis se sont élaborées de nouvelles expériences de gouvernement. Les règnes de Joseph Bonaparte (1806-1808) et de Joachim Murat (1808-1815) sur l’Italie du Sud ont ainsi confronté le royaume de Naples à une autre expérience politique qui se voulait résolument modernisatrice. L’ancien État bourbon qui avait déjà initié un certain nombre de mesures réformatrices a dû s’adapter à cette nouvelle donne géopolitique et idéologique.

Durant cette période de domination française qualifiée a posteriori comme decennio francese, la monarchie française d’occupation a contribué à la codification du droit et à la modernisation de l’outil militaire, en même temps qu’elle souhaitait porter un effort déterminant au maintien de l’ordre et à l’instruction populaire. Elle a également permis des mutations importantes dans le domaine culturel et artistique en autorisant le développement d’une école napolitaine spécifique au XIXe siècle. L’historiographie italienne la plus récente a notamment insisté sur le renouvellement des élites et des institutions, sur la mutation des pratiques politiques et sociales dans d’importantes études qui ont valorisé le cadre italien et méridional[1]. Prolongeant cette approche, le statut d’État vassal auquel l’Empire napoléonien voulait cantonner le royaume de Naples resté indépendant doit être interrogé et invite, dans l’esprit de travaux collectifs récents consacrés à l’Empire et ses héritages[2], à considérer le decennio francese dans une perspective transnationale franco-italienne et européenne.

Le bicentenaire de la fin du règne de Murat sera l’occasion de montrer la richesse de cette expérience politique et sociale en mettant en œuvre des circulations complexes (politiques, diplomatiques, économiques, artistiques et culturelles) dont la recherche actuelle montre la variété, par-delà celles directement provoquées par la guerre. Les travaux du colloque illustreront également les réactions d’adhésion ou les résistances que la monarchie française a provoquées dans la société méridionale. On pourra par exemple interroger les échos du bonapartisme français à Naples, confronté à la culture politique issue du réformisme des Lumières. La politique d’instruction publique, à laquelle le pouvoir muratien consacre une politique réformatrice ambitieuse grâce à des administrateurs comme Matteo Galdi (1765-1821) ou Giuseppe Zurlo (1757-1828), constitue un observatoire possible des rapports entre le nouvel État et la société méridionale. Des études pourront porter, à l’exemple de travaux récents menés pour d’autres espaces soumis à l’influence révolutionnaire et napoléonienne, sur la place et le rôle de groupes sociaux spécifiques comme les femmes ou les communautés d’étrangers. Enfin, une attention particulière sera accordée aux constructions mémorielles qu’a suscitées l’expérience muratienne, à son influence déterminante sur les structures politiques, sociales et mentales du XIXe siècle napolitain et, dans une moindre mesure, italien.

Les propositions de communications, de 2.000 signes maximum en français ou en anglais, sont à envoyer, accompagnées d’un bref curriculum vitae, avant le 1er février 2015 à decennio.francese@gmail.com.

Comité d’organisation
Rosanna Cioffi (Seconda Università Degli Studi di Napoli)
Pierre-Marie Delpu (Université Paris 1)
Renata De Lorenzo (Università Federico II)
Igor Moullier (ENS Lyon)
Anna Maria Rao (Università Federico II)
Mélanie Traversier (Université Lille 3-IRHiS).


 

Call for papers
The Kingdom of Naples during the French period (1806-1815).
The decennio francese revisited
International research colloquium
Lille, October 14th-16th 2015

CALL FOR PAPERS

The Napoleonic Empire did not only leave a military legacy. New experiences of government were invented in the occupied lands. Joseph Bonaparte’s (1806-1808) and Joachim Murat’s reigns on Southern Italy confronted the kingdom of Naples with a new political experience which was meant to be resolutely modernizing. The former Bourbon state had  introduced some reforms in the late 18th century and now had to adapt to this new geopolitical and ideological developments.

During the period of French domination, known after 1815 as the decennio francese, the French occupying monarchy contributed to the codification of law and the modernization of the military, while it showed determination to enforce law and order and to improve popular education. It authorized relevant cultural and artistic evolutions, influencing the Neapolitan art practises of the 19thcentury. The most recent Italian historiography particularly focused on the renewal of elites and institutions, the transformation of political and social practises in influential studies bringing light on the Italian and southern scales[1]. Consequently, the status of vassal state to which the Napoleonic Empire wanted to limit the independent kingdom of Naples demands to be questioned and encourages, following recent collective works on the Empire and its legacy[2], to consider the decennio francese from a transnational Franco-Italian and European point of view.

The bicentenary of the end of the Muratian kingdom shall offer an opportunity to emphasise the scope of this political and social experience, showing complex and varied circulation patterns (in the political, diplomatic, economic, artistic and cultural domains), which were only partly created by the war context. The colloquium shall also illustrate the reactions of support or resistance the French monarchy provoked in the Southern Italian society. Contributions on, for instance, the echoes to French bonapartism in Naples, confronted with the political culture of Illuminismo, shall be welcome. The public education politics, driven by Murat’s ambitious reforms through administrators including Matteo Galdi (1765-1821) or Giuseppe Zurlo (1757-1828), could be a possible axis of analysis for the relationships between the new State and the Southern society. Proposals on the place and role of particular population groups such as women or foreign communities, inspired by recent studies on different zones subjected to the French revolutionary and Napoleonic experiences, are welcome. Lastly, memorial constructions born from the Muratian experience, its determining influence on the political, social and mental structures of the Neapolitan and Italian 19th century, could be an area worth exploring.

Proposals in French or English of max. 2.000 signs, accompanied by a  short curriculum vitae, should be sent before February 1st 2015 to decennio.francese@gmail.com.

Organizing committee
Rosanna Cioffi (Seconda Università Degli Studi di Napoli)
Pierre-Marie Delpu (Université Paris 1)
Renata De Lorenzo (Università Federico II)
Igor Moullier (ENS Lyon)
Anna Maria Rao (Università Federico II)
Mélanie Traversier (Université Lille 3-IRHiS).


[1] Par exemple Saverio Russo (éd.), All’ombra di Murat. Studi e ricerche sul Decennio francese, Bari, Edipuglia, 2007 ; Anna Maria Rao (dir.), Cultura e lavoro intellettuale : istituzioni, saperi e professioni nel Decennio francese. Atti del primo seminario di studi, Naples, Giannini, 2009 ; Renata De Lorenzo, Murat, Rome, Salerno, 2011 ; Ead. (dir.), Ordine e disordine. Amministrazione e mondo militare nel Decennio francese. Atti del sesto seminaro di studi, Naples, Giannini, 2013.

[2] Natalie Petiteau, Jean-Marc Olivier, Sylvie Caucanas (dirs), Les Européens dans les guerres napoléoniennes. Actes du colloque international organisé à Carcassonne les 4-5 juin 2010, Toulouse-Carcassonne, Privat-Les Audois, 2012, et surtout François Antoine, Jean-Pierre Jessenne, Annie Jourdan, Hervé Leuwers (dirs), L’Empire napoléonien. Une expérience européenne ?, Paris, Armand Colin, 2014.


Vous aimerez aussi...