Vertu et politique : les pratiques des législateurs (1789-2014)

Vertu-PolitiqueColloque international

Organisé par le Club des amis de l’Incorruptible (Assemblée nationale)
la Société des études robespierristes et le programme ANR Actapol

Sous la direction de Alain Tourret, Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers 

Paris – Assemblée nationale, Salle Victor Hugo

Jeudi 18, vendredi 19 et samedi 20 septembre 2014

Par une tradition qui remonte à l’Antiquité, le XVIIIe siècle s’est largement interrogé sur la nature, la nécessité politique et les formes de la vertu publique ; est-elle une spécificité du régime démocratique, ou doit-elle s’imposer à tout régime ? Doit-elle être une exception, ou doit-elle s’imposer partout ? Les protagonistes de la Révolution reprennent le questionnement et, dans leur construction d’un nouveau régime politique, ils envisagent d’emblée, dès 1789, la vertu publique comme une nécessité. La naissance de la république à l’automne 1792 confirme et renforce cette conviction ; l’entrée dans un régime d’exception, en 1793, ne la fait pas disparaître. Qui ne connaît le célèbre discours de Robespierre associant la vertu et la terreur, la première impuissante sans la seconde, la seconde funeste sans la première ? La vertu est au cœur même de l’attente politique des années 1790, même pendant cette période, aux limites incertaines, que l’historiographie nomme le plus souvent « la terreur ».

Pour autant, au-delà du cercle des historiens, le mot vertu n’est pas sans poser problème, la dimension politique du terme s’étant en partie effacée des mémoires. Il est vrai que les liens entre la vertu publique et les vertus privées sont étroits ; il est vrai aussi le mot vertu revêt des acceptions en partie distinctes chez Robespierre, Saint-Just ou d’autres encore ; il ne repose pas forcément sur les mêmes fondements intellectuels. Concrètement, c’est entre autres dans la vie parlementaire que s’est exprimée l’exigence de vertu publique, dès lors que l’engagement politique des législateurs impliquait nombre de conséquences lourdes de sens. Comment concevoir et encadrer l’engagement d’un citoyen au service du Souverain ? Pour garantir son désintéressement, son service prioritaire du public, sa vertu donc, faut-il limiter ses pouvoirs, le nombre de ses mandats, la durée de son engagement ? Jusqu’où la parole et le geste du député sont-ils libres, couverts par l’« inviolabilité » décrétée dès 1789 et ancêtre de notre actuelle immunité parlementaire ? Comment concilier cette « inviolabilité » et le fait que la Constitution de 1791 autorise l’Assemblée à mettre en accusation l’un de ses membres pour des faits « criminels » ? S’agit-il ici simplement de mettre à jour des « affaires » douteuses et de poursuivre en justice des députés corrompus, ou bien est-ce là une possibilité d’aller bien au-delà pour peu que des faits et discours politiques soient criminalisés ? La meilleure sauvegarde d’un député résiderait-elle alors dans un silence prudent et une modération politique de bon aloi qui lui éviteraient de s’attirer les foudres de ses adversaires ? Enfin, dès lors que la vertu relève d’une exigence révolutionnaire, quelques cas de députés corrompus peuvent-ils suffire à jeter le discrédit sur leurs collègues et à faire naître en France les premiers germes d’un antiparlementarisme ?

Les questions sont posées. Elles ne le sont pas seulement pour le temps de la Révolution, mais pour l’ensemble des XIXe et XXe siècles. Constamment, elles sont reprises et évoluent au fil des régimes. Certes, pour étudier « l’engagement politique du législateur, le présent colloque entend interroger avant tout le moment clef de la Révolution française, mais il ne négligera pas pour autant les racines plus ou moins lointaines du mot « vertu » et ouvrira la réflexion sur quelques séquences des XIXe et XXe siècles au cours desquelles a resurgi cette question de la nécessaire vertu des législateurs.

Ce colloque est placé sous le haut patronage de Monsieur Alain Vidalies, Ministre délégué chargé des relations avec le Parlement, et des députés membres du club des amis de l’Incorruptible.

Comité scientifique : Sylvie Aprile (IRHiS – Lille 3), Haim Burstin (Université de Milan), Yves Déloye (Sciences-Po, Bordeaux), Annie Duprat (Université de Cergy-Pontoise), Lynn Hunt (Université de Californie, Los Angeles), Jean-Pierre Jessenne (IRHiS – Lille 3), (Peter McPhee (Université de Melbourne), Claude Mazauric (Normandie-Université, Rouen), Raymonde Monnier (CNRS), Timothy Tackett (Université de Californie, Irvine).

Comité d’organisation : Serge Aberdam (INRA Paris), Marc Belissa (Université Paris X Nanterre), Michel Biard (Normandie-Université, Rouen), Philippe Bourdin (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand), Jean-Claude Caron (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand), Alain Chevalier (Musée de la Révolution française, Vizille), Hervé Leuwers (IRHiS – Lille 3).

Jeudi 18, matin

9h : Discours d’accueil et ouverture du colloque par des élus.
9h20 : Conférence inaugurale, Michel Vovelle (professeur émérite d’Histoire, IHRF – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Le vice pendant la Révolution : représentations, désignations, fantasmes ».

Formuler la vertu comme exigence politique.

  • 9h50 : Marisa Linton (reader in History, Kingston University, Londres), « Les racines de la vertu politique et ses sens au XVIIIe siècle ».
  • 10h10 : Philippe Bordes (professeur d’Histoire de l’Art moderne, Université Lyon 2), « La vertu chancelante : une relecture des exempla picturaux du XVIIIe siècle ».
  • 10h30 : Céline Spector (professeure de Philosophie, SPH – Université Bordeaux Montaigne), « De la corruption en démocratie. Montesquieu ou les infortunes de la vertu ».
  • 10h50 : débats puis pause
  • 11h20 : Stéphanie Roza (docteur en Philosophie, Ater à l’Université de Grenoble), « Vertu privée vs vertu publique, dilemme du républicanisme rousseauiste ? ».
  • 11h40 : Annie Jourdan (professeure d’Histoire à l’Université d’Amsterdam), « La vertu et les Founding Fathers (1776-1799) ».
  • 12h : François Fourn (docteur en Histoire) « La vertu sans la terreur : Le choix des socialistes français au milieu du XIXe siècle ».
  • 12h20-12h40 : débats

Jeudi 18, après-midi

 

La Révolution française et la vertu (1).

La vertu et la politique

 

  • 14h20 : Malcolm Crook (professeur d’Histoire, Université de Keele), « Les hommes de la continuité ? La rééligibilité des législateurs en question (1791-1795) ».
  • 14h40 : Michel Biard (professeur d’Histoire, GRHis – Normandie Université, Rouen), « Absentéisme et silence, un refus d’accepter les contraintes de la vertu ? ».
  • 15h : Gaid Andro (docteure en Histoire, CERHIO – Université de Rennes 2), « Le vote par appel nominal, l’occasion d’afficher sa vertu ou de dissimuler ses choix ? ».
  • 15h20 : débats, puis pause
  • 15h50 : Bernard Gainot (maître de conférences honoraire en Histoire, IHRF – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « La question de la représentation des colonies et l’intervention des groupes de pression (1789 – 1799) ».
  • 16h10 : Dominique Godineau (professeure d’Histoire, CERHIO – Université de Rennes 2), « Le rôle des tribunes ».
  • 16h30 : Débats, puis brève pause
  • 17h-18h : Table ronde : Robespierre et la vertu (Marc Belissa [maître de conférences HDR en Histoire, Université Paris X], Hervé Leuwers [professeur d’Histoire, Université de Lille 3], Claude Mazauric [professeur émérite d’Histoire, GRHis – Normandie Université], Marco Marin [chercheur en Histoire, Université de Trieste], Annie Geffroy [chercheuse, CNRS])
  • 18h-19h : Visite de l’Assemblée nationale, organisée par le Club des amis de l’Incorruptible.

 

 

Vendredi 19, matin

 

La Révolution française et la vertu (2).

La vertu publique malmenée ?

 

  • 9h : Serge Aberdam (docteur en Histoire, INRA), « Compter pour savoir ou bien pour frauder ? Le décompte des votes constituants de 1793, 1795 et 1800 ».
  • 9h20 : Alexandre Guermazi (doctorant en Histoire, IRHIS – Université Lille 3), « Des citoyens parisiens en demande de vertu. De la définition au contrôle de la mission des législateurs. Paris, automne 1792-été 1793 ».
  • 9h40 : Alain Cohen (docteur en Histoire), « Les Inspecteurs de la salle : un comité en charge de l’administration générale sous la Révolution française (1789-1795) ».
  • 10h : Philippe Bourdin (Professeur d’Histoire, CHEC – Université Blaise-Pascal Clermont 2), « Les déclarations de fortune des conventionnels en l’an III-an IV ».
  • 10h20 : débats, puis pause
  • 10h50 : Richard Flamein (docteur en Histoire, GRHis – Normandie Université, Rouen), « « L’ambivalente vertu en matière de finance » : députés et lobbies financiers en Révolution ».
  • 11h10 : Elisabeth Cross (doctorante en Histoire, Université de Harvard), « La corruption financière sous la Convention nationale : l’affaire de la Compagnie des Indes revisitée (1793-1794) ».
  • 11h30 : Pierre Serna (professeur d’Histoire, IHRF – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « A qui sert, à quoi sert le mythe de la république des coquins du Directoire ? ».

11h50-12h10 : débats

 

 

 

Vendredi 19, après-midi

 

Corriger ou instrumentaliser le manque de vertu (XIX-XXe siècle) ?

 

  • 14h30 : Alain Bonnet (professeur d’Histoire de l’Art, Université Pierre Mendès-France, Grenoble), « La vertu sur un piédestal. Les grands hommes et le culte de la Révolution dans la statuaire publique (seconde moitié du XIXe siècle) ».
  • 14h50 : Cécile Guérin-Bargues (professeure de Droit public, CRJ Pothier – Université d’Orléans), « Immunités parlementaires : privilège d’un autre âge ou protection nécessaire ? ».
  • 15h10 : Jean-Claude Caron (professeur d’Histoire, Chec – Université Blaise Pascal Clermont 2), « Vertus de la politique, vices du parlementarisme. Les critiques de la représentation élue dans la France du XIXe siècle ».
  • 15h30-16h : débats, puis pause.
  • 16h-17h : Table ronde : Quelle actualité de la vertu ? (avec des élus. Animée par Gérard Leclerc, président de LCP, et Yves Déloye, professeur à Sciences-Po Bordeaux, centre Emile Durkheim)
  • 18h : Représentation à l’hôtel de Clermont de la pièce Thermidor-Terminus. La mort de Robespierre d’André Benedetto, mise en scène de Roland Timsit, par la Compagnie Calvero. La pièce sera suivie d’un débat (d’environ une heure).

 

 

 

Samedi 20, matin

 

Corriger ou instrumentaliser le manque de vertu (XIXe-XXe siècle) ?

 

  • 9h : Jean Garrigues (professeur d’Histoire, POLEN – Université d’Orléans), « Entre vertu et transgression : la Troisième République face aux scandales fin de siècle ».
  • 9h20 : Frédéric Monnier (professeur d’Histoire, Centre N. Elias – Université d’Avignon), « Front populaire et vertu ? Socialistes et communistes français face à la corruption (1928-1939) ».
  • 9h40 : débats, puis pause
  • 10h10 : Nathalie Dompnier (professeure en Sociologie politique, Triangle – Université Lumière Lyon II), « Une croisade contre l’individualisme et la décadence : les vertus du maréchal Pétain ».
  • 10h30 : Noëlline Castagnez (maîtresse de conférences d’Histoire, POLEN –  Université d’Orléans), « Les espoirs déçus de la Libération : épurer et rénover la République au Parlement (1944-1953) ».
  • 10h50 : Fabien Conord (maître de conférences d’Histoire, CHEC – Université Blaise-Pascal Clermont 2), « Vertu et politique, de la Libération aux années 2000 ».
  • 11h10-11h30 : débats

 


Vous aimerez aussi...