Europeana Collections 1914-18 – Rediscovering the war Experience

logo_europeana_frCompte-rendu écrit par Jacques SAUTERON,
SCD Lille 3

Les 3 et 4 avril derniers se tenait dans le petit auditorium de la BNF une présentation très complète du projet Europeana Collections 1914-18. L’occasion pour les professionnels et enseignants présents de redécouvrir la genèse et la diversité des collections numérisées (typologie et  langue) partout en Europe. Les journées permirent également d’esquisser quelques pistes d’usages pédagogiques par le biais d’expérimentations.

En introduction, Sylviane Tarsot-Gillery, nouvelle directrice générale de la BNF rappela l’importance symbolique du projet en vue de construire une identité culturelle commune en Europe en favorisant notamment le développement d’actions éducatives avant que Thorsten Siegmann de la Staastbibliothek de Berlin et Guillaume Badou de la BNF ne détaillent la complexité du projet. Europeana collections 1914-18, premier dérivé thématique du projet Europeana regroupe en réalité trois ensembles différents :

– Les collections déjà présentes dans Europeana
– Les corpus spécifiques numérisés dans le cadre d’Europeana collections 1914-18
– Le projet « Films Gateway »

Genèse et mise en œuvre du projet : la création d’une bibliothèque collective et participative

Les collections numérisées constituent un corpus global de 400.000 documents. On y trouve de ce fait des collections très hétérogènes en provenance des différents pays européens participant au projet : des archives (original de l’ultimatum et de la déclaration de guerre de l’Autriche à la Serbie ; notes manuscrites de Poincaré), des cartes postales, des journaux de soldats ou de tranchées, des partitions musicales, des revues… dans des langues différentes. De son côté la collection Films Gateway propose l’accès à environ 60.000 films (dont certains colorisés) tournés durant cette période et abordant tous les aspects de la vie civile et militaire au front et à l’arrière.

Des politiques nationales de numérisation coordonnées dans une approche européenne

En France, plusieurs contributeurs principaux ont été à la source du projet : la Bnf appuyée par son réseau de partenariats (les bibliothèques numériques de référence), la bibliothèque du Ministère de la Défense, la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, la bibliothèque historique de la ville de Paris et la Bnus du fait de son histoire et de ses collections singulières.

Les particuliers ont également été invités à participer en apportant des archives personnelles à l’automne 2013 dans les bibliothèques municipales et aux archives départementales. 90.000 documents ont ainsi complété la base

Les documents sous droits ont systématiquement été écartés de la diffusion même si certains ont été numérisés. Ils seront ajoutés au fur et à mesure de la libération des droits.

La Bibliothèque nationale d’Autriche a proposé de son côté des documents en plusieurs langues issus de l’empire austro-hongrois. Elle a organisé la numérisation de documents en provenance des éditeurs de presse, des Ministères et des Bibliothèques.

Le corpus sélectionné est constitué de :

6545 tracts
238 dessins d’enfants
39 livres
7000 documents publicitaires
37 000 photographies – trains, front est, soldats décédés suite a des tirs d’artillerie, construction de routes par des prisonniers de guerre russes,…

Jamie Davis représentant la British Library,  explique que l’institution plus particulièrement en charge de la dissémination d’Europeana 14-18, s’est basée principalement sur :

– Le contenu des bibliothèques ayant trait à la guerre
– Les collections en lien avec l’Europe
– Les collections ayant trait au sous continent indien :10 000 collections et 500 000 images ; des photographies d’hôpitaux militaires, des lettres censurées de soldats indiens ; des pamphlets ; des films

En Italie, l’Iccu (Istituto Centrale per Il catalogo Unico) a également travaillé avec de nombreuses institutions. Un site web national spécifique a été créé : www.14-18.ita et une exposition virtuelle constituée : www.movio.beniculturali.it

Un total de 250 000 documents ont été numérisés dans le cadre de cette opération, dont : – 25 000 photographies, images : posters, tracts, cartes postales
– Des carnets de soldats, lettres, photos d’officiers, affiches
– Un calendrier de 1915 (année d’entrée en guerre pour l’Italie)

Ulrike Hollender de la  Staastbibliothek  de Berlin a ensuite présenté les coulisses d’Europeana 1914-18 en Allemagne (à l’origine du projet).

Les collections allemandes sur cette guerre sont  effectivement assez développées pour plusieurs raisons, la première étant historique : l’année 1914 marque l’ouverture à Berlin de la nouvelle bibliothèque nationale qui est inaugurée par l’empereur Guillaume II en personne (l’évènement est relaté par des articles de presse) et le 1er août 1914 est décidé au sein de cette nouvelle bibliothèque la création d’une collection ayant trait aux guerres de l’empire allemand.

Les collections numérisées regroupent ainsi 50 000 Livres.

Les critères de sélection des collections pour Europeana 1914-18

La sélection définie en Allemagne et proposée à l’ensemble des partenaires s’est basée initialement sur :

Une attention particulière portée sur chaque jour de la guerre : les grands évènements et la vie quotidienne dans les différents pays en guerre

Un intérêt spécifique pour les documents de propagande (affiches, tracts, journaux, chants, films,…)

Une collection spécifique : les documents et livres destinés aux enfants et édités durant la guerre (Image ‘Hans und Pierre’)

Des images de soldats en train de manger, de se détendre,…

Des lettres de prisonniers

Des  collections  littéraires  (collection de Walter Flex, Manuscrit du Feu d’Henri Barbusse,…)

Un film allemand de présentation d’Europeana  1914-18 a été réalisé sur un mode marketing adoptant une tonalité volontairement proche du langage promotionnel utilisé pour les jeux vidéos. Il est diffusé sur Youtube.

Europeana collections 1914-18 a le mérite de favoriser l’accès à cet ensemble multilingue riche et diversifié, néanmoins des fonctionnalités avancées existent dans les outils nationaux qu’il peut être utile de consulter pour des usages plus spécifiques.

II. Focus sur quelques thématiques phares

Par delà l’importance et la diversité linguistique du corpus constitué, l’intérêt majeur d’Europeana Collections 1914-18 réside dans la mise en perspective de sujets jugés secondaires ou négligés dans les approches historiques et mémorielles des différents pays en conflit durant cette période apoclayptique.

Les affiches et journaux de propagande

Avant, tout au long du conflit et jusqu’à la défaite de l’Allemagne et de ses alliés, la propagande fut omniprésente dans l’ensemble des pays concernés. De nombreux documents en témoignent : livres, articles de presse, journaux, cartes postales, affiches,…

La collection rassemblée ici est donc très importante.

Les troupes coloniales et leur image en France et en Allemagne

Benjamin Gilles, historien et bibliothécaire au sein de la BDIC rappelle que la première guerre mondiale constitue la première confrontation directe de la population métropolitaine avec l’empire colonial qui fournira de nombreuses troupes combattantes à la France.

Si l’année 1914 marque l’absence de conscription en Afrique sur opposition des colons, 30000 hommes débarquent néanmoins comme force d’appoint avant la mise en place d’un recrutement de troupes supplémentaires au volontariat ainsi qu’un recours appuyé au mercenariat.

En 1915-1916, on incite à une hausse du recrutement : ce qui génère des révoltes au Soudan, en Haute Volta, Afrique du nord : assassinat du préfet de Batna et déclenche une répression par les troupes sénégalaises.

Les années 1917-18 sont le théâtre d’une  nouvelle campagne de recrutement où le de Blaise Diagne joue un rôle majeur. Ces troupes dont le gouvernement français a un ardent besoin inquiètent et génèrent de nombreux fantasmes  alors que leur comportement est on ne peut plus exemplaire d’un point de vue militaire.

Elles disposent d’un courage et d’un sens de l’honneur sans égal et font preuve d’un sentiment religieux profond. Les rites musulmans sont respectés au sein des armées afin d’entretenir leur morale tant en ce qui concerne les rites funéraires que les pratiques alimentaires.

Quoique l’on en dise, des mélanges de population s’opèrent et un argot des tranchées repris par les poilus émerge.

De nombreuses images,  affiches témoignages et articles de presse évoquent le rôle souvent oublié ou occulté des troupes coloniales durant ce conflit. Les frères Tarro ou Henri Barbusse font partie des rares auteurs à évoquer les troupes coloniales.

Dans les illustrés allemands, elles ont très mauvaise réputation et la  perception de l’usage des troupes coloniales par les français est très mal vécue. On s’inquiète de leur sauvagerie supposée se traduisant notamment par des oreilles coupées. Les années 1918-19  seront marquées par le développement d’un racisme exacerbé dans la Ruhr occupée.

L’entretien du moral et de la détermination des troupes et des populations civiles est un aspect important du conflit. Les arts, la culture et la musique en particulier seront pour ce faire d’une grande utilité.

La musique durant la guerre

L’apport spécifique de la Belgique au projet au travers de la numérisation de nombreux documents ayant trait à la vie culturelle et à la musique durant le conflit en particulier. Les chants de marche et chants guerriers du front ainsi que les chants patriotiques de l’arrière composent ce corpus musical.

La guerre de 1870 entre la France et l’empire allemand naissant a laissé des traces et le conflit de 1914-18 est pour le gouvernement français l’occasion de la revanche en partant notamment à la reconquête des territoires perdus et notamment de l’Alsace Lorraine.

L’Alsace Lorraine

Territoire sous contrôle allemand qui passera progressivement au cours de la guerre sous le contrôle français. La propagande des deux côtés du front. Des soldats de cette région seront mobilisés dans les deux armées se faisant face. Des traitements spécifiques aux alsaciens lorrains faits prisonniers par les troupes françaises et une véritable offensive de charme engagée par les troupes françaises en direction des populations civiles de cette région.

Reconquise à l’issue du conflit et après les journées révolutionnaires de Strasbourg, l’Alsace-Lorraine réintégrera la République française avec un statut dérogatoire intégrant le concordat.

Un autre aspect du conflit relativement ignoré jusqu’à il y a peu mais faisant désormais l’objet de travaux de recherche et bénéficie d’un éclairage particulier : celui de la place des enfants durant le conflit.

Les enfants et la guerre

Europeana collections 1914-18 permet de rassembler des collections ayant trait à l’éducation et à l’endoctrinement des enfants durant cette période par l’intermédiaire notamment d’illustrés.

Des images montrent l’éducation quasi militaire et l’entraînement des soldats à la manipulation d’armes à feu.

1914-18 est également l’occasion pour les civils et militaires de mettre à profit l’invention récente des caméras pour filmer tant le conflit que l’arrière.

Les films de la guerre

Les films de cette période présents dans Films Gateway évoquent tous les aspects du conflit. On y trouve tant des images de femmes dépérissant et s’inquiétant pour leur mari parti au front (mais pour qui rien ne serait pire que le retour d’un déserteur) que celles d’enfants jouant aux soldats sous l’égide de l’instituteur mais aussi celle de soldats installant banalement une mitrailleuse au-dessus d’un pont afin d’assurer le contrôle d’une rivière.

Présentés en soirée avec un accompagnement au piano (que l’on ne retrouvera malheureusement pas en ligne), le moment fut particulièrement intense et émouvant.

Mutineries et Révolutions

Enfin, comment traiter de la guerre sans parler des mutineries qui se produisent tout au long de la période que de son issue et des développements révolutionnaires tant en Russie à partir de 1917 qu’en Allemagne et dans l’Est de la France.

Là encore, les documents compilés sont nombreux et apportent un témoignage vivant de l’histoire en marche.

Tout ce travail et toute cette compilation autour de la « Der des der » comme on l’appellera dans la période suivante n’aurait cependant aucun sens sans la mise en place et le développement d’actions pédagogiques et de valorisation. Inexploité et en l’absence de valorisation, ce corpus documentaire n’aurait aucun intérêt.

Conscient de cet enjeu pour la réussite de ce projet mémoriel, culturel et éducatif, les organisateurs du symposium proposèrent quelques exemples d’actions d’ores et déjà mises en œuvre dans différents pays.

III. Expérimentations pédagogiques autour d’Europeana collections 1914-18

Les potentiels d’actions pédagogiques et culturelles offertes par cette mine de ressources ayant trait à la Grande guerre sont infinies. Quelques-unes des actions présentées lors du colloque méritent néanmoins une attention spécifique.

Parmi celles-ci, on retiendra notamment l’exposition virtuelle[1] constituée autour d’Europeana collections 1914-18, celle-ci mettant particulièrement en exergue Gares,  baraquements, hôpitaux militaires, ou encore le développement des sciences et des Humanités.

David Avery présenta ensuite le e-learning website composé de sources visuelles et textuelles variées, de vidéos ainsi que de cours d’enseignants,…

Élaboré avec l’appui du musée impérial de la guerre, des Archives nationales de Grande Bretagne et de la BBC à des fins pédagogiques et didactiques, il est plus particulièrement destiné aux enseignants, et étudiants,…Il permet notamment la visite virtuelle de champs de bataille et le site est accessible pour mobiles, tablettes,… Il propose de nombreuses fiches de synthèse sur des thématiques : la machine de guerre, la vie de soldat,…

Deux autres projets virtuels ont retenu une attention particulière de l’auditoire. D’abord le projet italien intitulé WW1 créé en ayant recours au concept du story-telling et ayant pour ambition de faire vivre une véritable expérience immersive au visiteur afin de lui transmettre de nombreuses émotions, la connaissance étant considérée ici comme « un jeu émotionnel ». De nombreuses vidéos sont présentées sous un format court n’excédant pas 5 minutes au maximum.

Puis le projet « Geolocating  the first world war » initié par l’université de Padoue et mis en œuvre sous la forme d’un projet pédagogique de construction des savoirs et impliquant deux groupes scolaires ayant travaillé en deux temps différents

De leur côté, les actions pédagogiques mises en place par la Bnf semblèrent moins inventives et plus traditionnelles : réalisation de dossiers thématiques malgré la création d’un jeu de rôle permettant aux enfants de se mettre dans la peau d’un poilu.


[1] http://exhibitions.europeana.eu


Vous aimerez aussi...